Accueil Forum -> Vie quotidienne -> Le courrier du Coeur  >>  SUMMER IS COMING
4 messages
Accueil Forum -> Vie quotidienne -> Le courrier du Coeur  >>  SUMMER IS COMING
4 messages

SUMMER IS COMING

12 juillet 2017 à 19:29 Berserkmicka  
Bonjour tout le monde,

Je viens d'entendre aux infos qu'un énorme iceberg va se décrocher de l'Antarctique (pôle Sud). Ce n'est pas le premier et ce n'est que le début.
En ce moment c'est l'hiver là bas, que se passera t-il quand l'été arrivera dans 6 mois ???

Le glaciologue Peter Wadhams (Cambridge) estime que cette année la banquise (pôle nord) atteindra son plus bas niveau avec une surface de
3 millions de km carrés, depuis 200 000 ans.

Les icebergs se déplacent suivant les courants marins, ce qui est tout a fait normal, sauf que cette fois d'immenses failles se forment sur les glaciers et provoque la dérive des icebergs.

Voir aussi le reportage Chasing Ice et la vidéo youtube sur l'expédition du Polar Stern pour mieux comprendre ces phénomènes inquiétants, je ne suis pas scientifique et je ne comprends pas tout sur les mouvements des iceberg des pôles mais ce qui est certain, si le permafrost sibérien continue a fondre, les émanations de méthane accéléreront encore plus le réchauffement des pôles.

Voilà bonnes vacances à tous, profiter bien de la plage, l'océan monte et les températures aussi, la Terre sera une méga plage bientôt XDDD


https://www.youtube.com/watch?v=haZmBxwFa7s

http://www.sudouest.fr/2017/06/01/antarctique-l-un-des-plus-gros-icebergs-jamais-vu-sur-le-point-de-se-detacher-3496155-4725.php


Edité par Admin

SUMMER IS COMING

14 juillet 2017 à 23:43 Berserkmicka  
Je me suis informé sur le sujet de l'iceberg évadé du pôle Sud
voici donc des infos utiles et inquiétantes pour l'avenir des glaciers et de la banquise.

( LE MONDE 10.01.2017 à 10h48 • Mis à jour le 12.07.2017 à 14h55 Par Gary Dagorn )

Les calottes polaires sont sans doute les zones de notre planete où les conséquences du réchauffement du climat sont les plus manifestes. Alors qu’au nord, la taille de la banquise arctique a fortement reculé en 2016 à cause de records de températures (jusqu’à 20 °C supérieures aux  normales de saison), au sud, l’ouest de l’Antarctique est continuellement déstabilisé par la fonte des barrières de glace  flottantes.Larsen est l’une de ces barrières glacées menacée de disparition.

Une crevasse géante y progressait depuis plusieurs années, précisément dans sa partie « C ». Ce 12 juillet, la faille géante a finalement achevé de séparer un bloc géant entier de glace du reste du continent, formant
un iceberg d’environ 5 800 km² et de mille milliards de tonnes.

Un iceberg aussi gros qu’un département français La faille est apparue en novembre 2011 et ne dépassait pas la dizaine de kilomètres de longueur jusqu’à l’été austral 2014. Depuis, elle a surtout progressé par à-coups, à trois reprises : en 2014, en  mai-juin 2016, puis en décembre 2016, où la faille a désormais atteint 90 km de longueur et s’est élargie jusqu’à mesurer près de 500 m de largeur.

Image

Début janvier 2017, lors de la première publication de cet article, seuls 20 km séparaient celle-ci de l’océan. Conformément aux prédictions des scientifiques, le bloc de glace du Larsen C s’est finalement  détaché entre le 10 et le 12 juillet.

La crainte d’une désintégration totale du Larsen C Les barrières de glace (ou ice shelves en anglais) sont de grandes surfaces de glace flottant sur les eaux de l’océan Antarctique  et forment la prolongation de la glace continentale sur la mer.
Ces glaces flottantes, dont l’épaisseur peut atteindre plusieurs centaines de mètres, jouent un rôle crucial dans la stabilité des glaciers continentaux. Leur masse permet de retenir la glace posée sur le continent qui, sans elles, glisserait naturellement vers l’océan, où elle fondrait.
Les barrières de glace empêchent de facto la fonte de milliers de kilomètres cubes de glace qui pourrait contribuer à une importante augmentation du niveau des océans.

Le détachement imminent de ces 5 800 km² de glace, ce qui représente plus de 10 % de la surface de Larsen C, pourrait gravement déstabiliser la barrière tout entière. Adrian Luckman, glaciologue à l’université de Swansea (Pays de Galles) et responsable du projet Midas, qui surveille la faille par satellite, estime que la barrière risque à terme de disparaitre totalement. Comme Larsen B, une  barrière voisine qui s’est désintégrée en 2002 en l'espace de 3 mois, à la suite de la perte progressive de ses glaces.

Image

La désintégration spectaculaire de Larsen B a provoqué une accélération de la fonte des glaciers qu’elle retenait, certains fondant
jusqu’à huit fois plus vite qu’avant.
Une étude publiée en février 2016  dans la revue Nature a estimé, pour la première fois, la part des barrières glacées qui soutenait directement le poids des glaciers continentaux et – a contrario – la part de la glace dite « passive », c’est-à-dire la  glace qui n’est pas directement nécessaire à la retenue de la glace du continent. Selon cette étude, la majeure partie de la glace du Larsen C qui est sur le point de se détacher est justement cette glace passive. Il est donc peu probable que la  perte de cette glace entraîne des effets immédiats sur la stabilité de l’ensemble.

Image

A l’échelle de l’Antarctique, les auteurs de l’étude estiment que cette « barrière de sécurité » représente 13,4 % de la surface des  barrières de glace. Plus une barrière possède une part importante de  glace passive (en bleu), plus elle est stable et résistante. A  l’inverse, plus elle est composée de glace faisant office de « murs  porteurs », plus elle est vulnérable face au changement climatique. On  dénombre actuellement sept barrières dont le taux de glace passive est  inférieur à 5 %.

SUMMER IS COMING

16 juillet 2017 à 11:43 White-lie    
ca fait des année que les mecs qui font des trek en antarctique dénonce les changement géographique( ou quand je regarde les reportage arte) qui si produise, comme dans tout les surface de la planète, c'est bien dommage mais si tout le monde ne se sent pas concerner on va pas y arriver.
tu fais quoi comme études?

SUMMER IS COMING

16 juillet 2017 à 12:15 wolfwood55      
On est foutu de toutes facon, on arrivera pas a faire marche arrière à temps sur le réchauffement.