Accueil Forum -> Hobbies -> Comics  >>  Où on va papoter a propos de BD, d'Harry Potter et de métatextualité.
2 messages
Accueil Forum -> Hobbies -> Comics  >>  Où on va papoter a propos de BD, d'Harry Potter et de métatextualité.
2 messages

Où on va papoter a propos de BD, d'Harry Potter et de métatextualité.

18 février 2011 à 10:36 harpocrate  
Je viens pour vous embêter avec ma derniére lecture comics en date The Unwritten, Entre les lignes tome 1 :Tommy Taylor et la fausse identité.
Tom Taylor est le fils d'un des plus populaire auteur de litterature jeunesse de sa génération. La série des aventures de Tommy Taylor l'apprenti sorcier c'est vendu a des millions d'exemplaire, les films et les jeux vidéo sont des cartons. Mais leurs auteur a disparu depuis dix ans sans laisser de trace et laissant dans l'attente d'un eventuel 14éme tome ses fans.
Tom ,quand a lui, capitalise sur le succes paternel et sur la ressemblance entre le personnage des romans et lui même pour gagner des sous et être populaire. Tout va plus ou moins pour le mieux jusqu'au jours où, au milieu d'une conférence de presse, une jeune femme lui annonce qu'il n'existe pas, qu'il est un canulard.
A partir de là les choses s'enchainent pour laisser Tom dans le doute, au bords de la folie. Où se trouve la realité? La fiction? Est il Tom Taylor le jeune homme opportuniste et banal ou est il Tommy Taylor l'apprenti sorcier poursuivit par le Comte Ambrosio (un vampire plus proche du Nosferatu de Murnau que d'Edward de Meyer). Et pourquoi sont pére voulait qu'il apprenne par coeur les emplacement geographique des classique litteraire?

Bref, c'est un comics trés intriguant qui m'as passioné tout le long de son premier receuil, par sa mécanique et sa construction scénaristique (que l'on doit a Mike Carey qui etait tres bon sur The Faker, Hellblazer et largement moins bon sur Xmen Legacy), son discours sur la métatextualité (en gros les rapports de contamination entre le réel et la fiction et inversement) et son personnage principal antipathique mais auquel on s'attache car on s'identifie a ses doutes, ses peurs et ses faiblesses.
Je suis moins fan par contre des looooongs passage imposé où nous mets en scénes des passages des romans Tommy Taylor, qui se veulent des pastiches d'Harry Potter mais qui sont tellement cliché et kitch que lorsqu'on nous dis que le succes est plus grand que celui du sorcier de poudlard on n'y crois pas une seule seconde. Et ça. C'est dommage.

Bref sur le tas, je vous conseil de le lire. Ca viens de sortir, donc vous ne serez pas perdu dans la masse des volumes a acheter (au contraire de l'exellente serie de comics Fables, dont je reviendrai vous parler si vous aimez cet article.

Où on va papoter a propos de BD, d'Harry Potter et de métatextualité.

08 mars 2011 à 16:51 PuddinGirl  
Qu'est-ce que tu as fait de toutes les apostrophes ? Elles sont comme Tom, elles n'existent pas ? (Fables c'est cool !)