Accueil Forum -> Communauté -> Projet des membres  >>  hacker 01 (mon projet BD en temps réel)
14 messages
Accueil Forum -> Communauté -> Projet des membres  >>  hacker 01 (mon projet BD en temps réel)
14 messages

hacker 01 (mon projet BD en temps réel)

07 mars 2011 à 17:28 Disparu  
salut, je suis en train d\'écrire pour un projet BD qui sera dessiné par un de mes amis, et je voulais montrer mon texte pour observer les réactions, et enregistrer les critiques, je tiens à préciser, que c\'est une histoire de super héros (ce qui n\'est pas évident étant donné le début de l\'histoire) et que les indications entre parenthèse sont destiné au dessinateur, alors enjoy et n\'hésitez pas à me dire, ce que vous en pensez ps: pardonnez les fautes d\'orthographe et de grammaire, ma meilleure amie a la gentillesse de d\'en charger



hacker 01

l’histoire commence par un rêve, une jeune femme se fait assassiner on ne voit pas le visage du tueur, juste un petit garçon hurlant les larmes aux yeux.

-chaques nuits c’est la même chose...tout me revient en tête, le cliquetis de l’arme à feu...la déflagration... le cri...puis le silence, l’odeur âpre du sang mélangé au doux parfum de jasmin...l’odeur du cadavre...l’odeur de ma mère de substitution...l’odeur de ma soeur.
Et au moment où au travers des larmes j’apperçois, au delà du canon scintillant le visage de l’homme qui, durant deux ans, l’a bléssée, meurtrie, humiliée... me sourir de son air malsain, et pointer son arme sur moi, au moment où le son et la lumière me transpercent. Je m’éveil enfin, comme détaché d’un carcan. C’est à cet instant précis, que la véritable torture commence.

Ce rêve ramène les souvenirs, les derniers mots étouffés de ma soeur «sois fort, sois fort», son regard vide, et la mare de née de mon sang et du sien. Les trente heures de souffrance, allongé sur la table d’opération. Le brouhaha, des médecin, des ambulancier et de la police s’agitant autour de moi. Puis le procès, le regard méprisant que cette ordure à posé sur moi, comme une façon de dire «pourquoi n’es tu pas mort ce soir là?»

Cette question, je me la suis posée de milliards de fois, et elle en a suscité d’autre, semblables:
Pourquoi n’en finis tu pas? Pourquoi résister? Pourquoi vivre? Pourquoi ne l’as tu pas sauvée? Pourquoi n’as tu pas le cran d’en finir?

déjà 3 heures du matin!

de toute évidence, je ne pourrais pas me rendormir, j’ai faim.
du soda light et du fromage en spray, on a fait mieux comme petit dej’ mais le frigo est vide, puis j’aurais mon lot de saloperie pour la matinée!

7heure du matin
le héros arrive au bureau

je devrais penser à faire la lessive, je suis mal à l’aise dans cette chemise, pas qu’elle soit très sale, mais j’ai l’impression que les autres le voient et le sentent. et puis que devrais-je en avoir à foutre, comme si ils avaient besoins d’une raison pour se foutre de moi!

regarde moi ça, INTERPOL, la crème de la crème de la police du monde, tu parle!
heureusement qu’ils ne sont pas tous comme cet homme l’officier HILFIGER (un homme bedonnant barbu aux airs supérieurs)
«hey Barker les rats en ont eu marre de te voir squatter chez eux»
au travers des rires gras de ses collègues, je fais celui qui n’a rien entendu «forcément c’était le jours des poubelles, il faut bien sortir les ordures»
un voix réponds «alors j’me demande ce que ta femme peux bien attendre!»
Julie West (brune à lunettes, aux caractère bien trempé, assez sexy sur les bords)
je me demande souvent ce qu’elle peut avoir avec moi, celle là! à croire que sa vie n’est pas assez intéressante pour qu’elle en vienne à s’occuper de la mienne!
sa remarque bien placée à laissé place à l’habituel brouhaha de bureau!
Et c’est reparti pour douze heures de boulot. Douze heures d’installation d’antivirus, douze heures à réparer les bêtises des abrutis, qui ont cru bon de faire foirer le programme de restrictions pour aller sur leurs sites pornos en toute impunité. Le tout en prétextant une mauvaise manip!

«bonjour professeur»
«bonjour Scott»

le professeur Berringer, directeur de la section de recherche scientifique d’interpol, un véritable génie, une sorte de second père pour moi.(un petit homme à moustache grisonnant et dégarni)
C’est lui qui m’a recueillis à ma sortie de l’hôpital, qui m’a trouvé cet emploi, quelques année plus tard. Il disait qu’il avait vu le bon en moi, mais je pense qu’il doit avoir une très mauvaise vue!
Je crois que le pauvre homme a souffert plus que moi dans sa vie, lui qui, enfant à subi la déportation, qui perdit son épouse, morte en couche.
Oui, lui aussi en a vécu de drôle.
-Dis moi Scott, tu m’as l’air épuisé, encore une mauvaise nuit?
-On peut dire ça prof...
-Bien, je serais dans mon bureau, qu’on ne me dérange sous aucuns prétexte

Ce qui voulait dire dans son language «si tu as besoins de parler n’hésite pas à entrer» .
-Pas de problèmes prof.
- Pourras tu passer tout de même dans la journée, j’ai quelque chose à te montrer, ça risque de t’intéresser.
-J’essaierais si Hilfiger n’a pas encore une fois pourri le résaux intranet avec ses sites sado-masos!
-Je compte sur toi Scott!
(Le prof, retourne dans son bureau, et se retourne va dans le sens opposé)

Ah, j’allais oublier, je dois passer à la laverie ce soir, tant pis pour les courses!
Je n’aurais pas le temps.


(Scott Barker rentre chez lui un panier de linge sous le bras. Le soir tombe, il a l’air encore plus crevé qu’avant, les cernes sous les yeux sont plus prononcées)

Je suis crevé, je ferais les courses demain.

(on frappe à la porte, c’est Julie West, elle porte un manteau assez coloré, elle à un coté un peu rock. elle a un de ces sachets à provisions en papier marron, elle a fait les courses pour Scott, lui évidemment n’a rien demandé et la reçois comme à son habitude.)

-Qu’est ce que tu veux?
-Je me suis dis que tu avais besoin de manger quelque chose. (on la sent inquiète pour lui)
-J’tai rien demandé!
-Je sais, mais je pensais bien faire...
- Laisse moi!
-Ok OK, J’insiste pas
(elle lu donne le sachet et s’en va)
-Julie! (elle se retourne) Merci.... (sa façon de dire merci, est étrange, comme un enfant à qui on oblige à dire «merci»)
-C’est normal... On s’voit à l’ «usine» Scotty.
(il ferme la porte)

Cette fille est vraiment bizarre! Elle a vraiment rien d’autre à faire que de me materner?
Enfin, il faut que je pense à lui rendre l’argent, mais pour l’heure, j’ai faim, il doit me rester du soda, et elle m’a apporté des nouilles instantanées.
MERDE! j’ai oublié le prof! j’étais si occupé à réparer les connerie de cet enfoiré d’Hilfiger et sa clique, que j’ai oublié qu’il voulait me montrer quelque chose!
Bah! ça ne devait pas être très important, sinon, il me l’aurait rappelé.

(peu après, il s’installe face à son ordinateur, un bol de nouilles à la main.)

J’ai peur de me rendormir, peur de me retrouver à nouveau dans ce rêve, peur de revivre ça, de revoir ce sourire sadique.

«vous devez apprendre à faire le deuil» Voila ce que me répétait ma psy! «il faut les laisser s’en aller» Comment voulait elle que j’aille mieux, si ces souvenirs me hantent et me torturent chaque secondes de ma vie!

Tiens, un message d’interpol, certainement le professeur. Bah au diable le boulot pour ce soir, finalement la fatigue à encore gagné, je retourne me coucher la trouille au ventre.

(Scott revit le même rêve qu’avant, à ceci près qu’il est adulte maintenant dans ce rêve et que c’est lui qui tient l’arme il découvre l’air horrifié que c’est lui qui a tiré sur sa soeur.)
(il se réveil en sursaut)

Comment est ce possible? Qu’est ce que ça veut dire?
J’ai vraiment rêvé ça? Laissons tomber! j’aurais vraiment besoin d’un sommeil réparateur!

(Au petit matin, il pleut, Scott est en route pour son travail)
j’ai du me cogner pendant mon someil, mon dos, est endolori et a nuque est bloquée.

(pénétrant l’enceinte de des locaux d’Interpol)
Que se passe-t-il? Pourquoi ont ils tous l’air grave? Où sont passés les plaisanteries vaseuses et les rires gras habituels? Pourquoi ont il tous l’air ennnuyés comme si qulque-chose les génaient?
(Il apperçoit sur le bureau du professeur un cordon de police jaune, et le professeur est transporté sur un brancard, recouvert d’un sac mortuaire noir, Scott à la vue de la scène ne peux plus bouger pendant un instant, puis il tombe sur ses genous et hurle! son cri rappel celui d’une louve qui aurait perdu un de ses petits.)

Une fois de plus la seul personne qui comptait vraiment pour moi m’a été arrachée.
A croire que tout ceux que je touche, finissent par mourir. Hilfiger aurait il raison sur mon compte? Ne serais-je qu’un rat? Qui transmet la mort en porteur sain? Peu importe, ce qui compte aujourd’hui c’est que cet homme meurt, et avec lui une autre partie de moi. Avec ma mère, ma soeur, et maintenant lui, un homme d’une bonté infinie, ça commence à faire beaucoup!
J’ai peur qu’il ne reste plus assez de moi pour moi-même.
(Julie West est là, elle ramasse litéralement Scott, et le prend dans ses bras)
-Viens Scotty, je te ramène chez toi.
(Scott a les yeux vides, comme si effectivement il était mort en même temps, que le professeur. Hilfiger est là, un sourir au coin des lèvres, son sourir est souligné par son double menton)
-Tiens les rats posent leurs RTT, je croyais qu’il n’y avait pas de vacances pour la vermine! Regardez moi ça si c’est pas mignon, mademoiselle West qui s’occupe de son petit copain, y’a de quoi vous tirer les larmes.

(aucun des deux ne répondent et préfèrent l’ignorer, Hlfiger en rajoute)

-hé Barker! si tu prenais example sur ce vieux fou, et que tu en finissais une bonne fois pour toute, si tu veux mon avis, c’est pas une grosse perte!

(A ces mots, les yeux de Scott qui étaient vides et noirs, deviennet luisant et gorgés de sang, il se saisit d’un massif presse papier en verre et le lance au visage d’Hilfiger qyui le reçoit entre les deux yeux, lui fracturant le nez. Scott se jette sur Hilfiger et lui attrape la gorge de ses deux mains, Scott parle.)
- Espèce de pourri, je vais en faire une autre de perte minime! Ordure, ta femme n’aura qu’a aller se faire consoler par son amant. Et je doute que tu sois une grosse perte pour ta gamine de seize ans, tu sais, celle à qui tu inflige des coups de ceinture, chaques fois qu’elle croise ton regard!

(Julie pose sa main sur l’épaule de Scott qui change totalement d’expression, comme si elle lui avait dit que ça ne servait à rien de le tuer. Il se lève et s’en va bras dessus bras dessous avec elle. Hilfiger reste à terre le nez en sang, essayant de reprendre son souffle, il crie.)

- VOUS L’AVEZ BIEN VU? VOUS AVEZ VU CE QU’IL M’A FAIT?!!! J’LUI FERAIS LA PEAU!!!! HETFIELD, TU L’AS VU, DIS, TU L’AS VU?

(Hetfield le regarde d’un air indifférent et lui dit)
- Laisse tomber Hank! Tu n’avais qu’a boucler ta grande gueule pour une fois!

(changement de décor, on est revennu chez Scott, il est prostré dans un coin.)
Qui a fait ça? Selon la Police, c’est le meurtre le plus ignobles qu’ils aient vu de leurs carrières, je ne comprend pas. Qui pouvait lui en vouloir? Lui un homme si bon, lui qui disait que la connaissance est la seul chose de valeur dans ce monde, qu’il fallait l’utiliser à bon escient...
l’inspecteur qui m’a interrogé m’a dit qu’il semblait travailler sur un projet informatique, impliquant diverses organisation officieuses, mais qu’ils n’ont retrouvé aucun élément susceptible de les renseigner sur la nature de ce projet, juste ce mot griffoné sur un papier «HACKER».
Berringer m’a envoyé un e-mail, peu avant sa mort, ce pourrait il que cet e-mail puisse me fournir d’avantage de renseignements? Je n’en ai pas parlé à la police, je me suis dis qu’il valait mieux me mêfier.
(Scott est devant son ordinateur, il consulte ses e-mails)
Deux pièces jointes.
(il ouvre la première, c’est une vidéo du professeur)
-Mon fils, si tu reçois ce message, c’est que je ne serais plus, j’ai travaillé ces derniers temps dans le plus grand secret, pas seulement pour interpol, mais pour l’humanité entière. A vrai dire, dans le plus grand secret, les plus grandes nations du monde ont surmonté leurs rivalités et ont unies leurs forces face au plus grand danger que la terre ait connue.
Une vague de terrorisme sans précédant, il semblerait que les lieux les plus sensibles, les places boursières, les batiments d’états et tout les lieux sensibles soient attaqués. Les morts s’entassent et les données informatiques sont volées, effacée ou détruites, sans que nous ne puissions rien y faire. La seule pièce du puzzle dont nous disposions est cette vidéo surveillance de la city à Paris.
(la vidéo montre une créature monstrueuse tuer sauvagement les personnes dans la pièces, puis fais sortir des câble qui se fichent dans les ordinateurs à proximité, et quelques secondes plus tard, le monstre se dirige vers la caméra, l’image laisse place à de la neige, et la neige laisse place à nouveau à l’image de Berringer.)
Je dois t’avouer que j’ai accepté de participer au projet, parce que j’ai en partie crée ce monstre que tu viens de voir, et je soupçonne le professeur Arronovitz, un ancien collaborateur, d’avoir mis sur pieds cette organisation. (un bruit sourd se fait entendre dans la vidéo) Mais je dois te laisser, je n’en ai plus pour longtemps, clique sur le lien que je t’envoie, et tout te sera expliqué. Utilise ce que je t’envoie à bon éscient, j’ai toujours su que tu ferais de grande choses, je t’aime, mon fils, sois fort....Sois fort.

(Scott a les larmes aux yeux, et semble furieux, il a les poings sérrés.)
Si j’avais pris le temps de le voir, hier, il serait peut être en vie! Je me maudis, encore une vie de volée, de par le simple fait de mon existance, combien en faudrat il pour que je me décide à y mettre fin?

Voyons ce que ces monstres voulaient tellement, pour voler la vie d’un homme.
(Il clique sur le lien, et un écran de chargement s’affiche.)
Quoi? Un écran de chargement? Tout ça pour un vulgaire piratage? je rêve!
(l’écran affiche «téléchargement terminé, cliquez ici», Scott clique)
(un fond d’écran s’affiche «H01» une lumière aveuglante se fait dans la pièce à même le bureau, faisant aparaitre un CD-R, des cartes SD, une sorte de journal et une ceinture étrange d’apparence métalique.)
Berringer, espèce de vieux fou, c’est pour ça que tu es mort? Des périphériques de stockages et du prêt à porter de la NASA?





Message édité le 07-03-11 à 17:30 par marveller

hacker 01 (mon projet BD en temps réel)

07 mars 2011 à 18:15 Disparu  
Je trouve ça très bien écris, ça se lit tout seul et donne envie d'avoir la suite :)
Le seul moment un peu bizar c'est comment il s'écroule par terre en hurlant quand il découvre le prof mort, ça fait un peu trop.. j'ai envie de le gifler et de lui dire lève toi t'es un homme!

hacker 01 (mon projet BD en temps réel)

07 mars 2011 à 18:18 Disparu  
ouais, mais je le vois comme un homme dépressif, et le décès du professeur, c\'est encore un coup très dur pour lui, et j\'avoue, que je vois mal quelle autre réaction lui donner, je n\'aime pas non plus spécialement ce moment, mais je voulais souligner l\'importance de Berringer pour le héros, étant donné qu\'on le voit peu
merci toutefois, je suis content que tu apprécie :)


Message édité le 07-03-11 à 18:22 par marveller

hacker 01 (mon projet BD en temps réel)

09 mars 2011 à 15:49 Disparu  
voila la suite du récit

HACKER 01 PARTIE 2

(Scott est toujours devant son ordinateur, il est concentré mais complètement crevé)
J’ai passé la nuit sur le contenu de ce CD-rom, et rien que de voir son, contenu, les plans de son invention, le dispositif mis en place par les bons soins du professeur. Un dispositif capable de transformer la matière en données informatiques et de la télécharger à n’importe quel endroit informatiquement équipé ou au minimum ayant un signal WIFI! Bon dieu doc! Tout sur ce disque me pousse à me demander si tu étais un véritable génie ou un véritable cinglé!
Mais je crois que mes doutes se renforcent quand je vois le projet auquel tu as participé avec Arronovitz, j’y crois pas! Travailler sur une réplique de cellules humaines, et aboutir sur une version protéiforme, quasi indestructible, ton petit copain devait vraiment être un cinglé de première.
Je m’interroge tout de même sur les raisons qui t’ont poussé à convertir les virus informatiques en intelligences artificielles, surtout vu le résultat.
Le projet Trojanoide à été abandonné, mais pas pour tout le monde manifestement.
D’aprés tes données et les images de la vidéo-surveillance, le Trojanoide repéré serait l’incarnation du virus Code red, pas étonnant, selon mes sources, il aurait déjà infesté les serveurs de la maison blanche.

Ecoute! Je sais pas qui est ce professeur Arronovitz, ni ce qu’il veut faire avec les données classées secret défense du monde entier, ce que je sais, c’est que tu es mort à cause de ce pourri, et qu’il va payer pour ça!

(Scott apperçoit une dernière icone en navigauant sur le disque, un dernière vidéo de Berringer datant de la veille de sa mort)
-Mon fils, je suis conscient que tu ne comprend pas l’enjeu de tout ceci, j’espère pouvoir te l’expliquer un jour, j’ai conçu cette armure, équipée de censeur, lui permettant de développer la force musculaire de celui qui laporte à la manière d’un exo-squelette, elle se compose d’une matière ayant la structure molléculaire du diamant. Cette armure est également équipée de mon système de numérisation de la matière, permettant de la transporte via les divers signaux informatiques, c’est d’ailleurs la raison pour laquelle il ne faut pas que l’intelligence pour laquelle je travaille ne mette la main dessus!

«tu parle, si l’opinion publique savaient que les dirigeants du monde travaillent à un cyber police capable d’infiltrer complètement les systèmes informatiques au mépris de la vie privée, j’ose à peine imaginer le résultat! C’est assez ironique au final, au vu de tout ces gens qui étalent leurs vie privée sur les réseaux sociaux! Il est vrai que le remède serait pire que le mal.»

-je l’ai également équipée de divers programmes d’attaques, d’armement et de défense, que tu pourras utiliser via ces cartes SD.
La raison majeure pour laquelle personne ne doit mettre la main sur cette invention est que l’entente entre les divers pays est très fragile, et ils pourraient utiliser le fruit de mes recherches à mauvais escient. Ca je ne peux le permettre, j’ai déjà fait assez de mal comme ça, je t’ai toujours dis que l’intelligence etait la seule chose de profitable à l’humanité, mais ça n’est pas la seule, la bonté et le courage doit aussi être mis au profit des peuples.
(l’écran devient noir)

C’est donc ce «bon» que tu avais vu en moi, un fantoche de bandes dessinées!
(le matin, Scott arrive dans les locaux d’interpol. Julie se dirige vers lui.)
-Salut Scott, tu vas bien...enfin compte tenue des circonstances
-Salut.
-je suis désolé, mais le directeur t’attend dans osn bureau, je crois que c’est en rapport avec Hilfiger.
-Je paris que c’est pour nous dire de limiter notre relation au cadre professionel!

(il entre dans le bureau)

-ha entrez Scott (le directeur, est un petit homme dégarni, à la moustache poivre et sel, il porte des lunettes, il ne paie pas de mine excepté un certain regard inspirant une autorité naturelle)
-Vous m’avez appelé M. le directeur
-En effet, Scott, on m’a rapporté votre altercation hier entre vous et l’agent Hilfiger, ce dernier à décidé de porter plainte. Je le comprend mais étant donné la situation actuelle et les derniers évènement, je tiens à entendre votre versions des faits.
-Bien monsieur, après avoir été interrogé par l’inspecteur chargé de l’enquête sur la mort du professeur, je m’appretais à rentrer chez moi accompagné de Mademoiselle West. Comme à son habitude Hilfiger m’a interpellé en des termes plus que péjoratifs et s’est exprimé envers le professeurs en des termes plus qu’orduriers. Je tiens à déclarer que j’assume la pleine responsabilité de mes actes et me permet d’ajouter ceci: J’en ai plus qu’assez de devoir supporter les élucubrations de l’agent Hilfiger, et apporte pour ma défenses, les diverses heures de surf sur des sites illégaux, ainsi que sa constante hébriété sur le lieu de travail.

(à cet instant une gigantesque explosion se fait dans la pièce à coté, le trojanoide CODE RED apparait ravageant tout sur son passage.)

hacker 01 (mon projet BD en temps réel)

16 mars 2011 à 07:51 Disparu  
si quelqu\'un passe un jour dans cette discussion, j\'aurais grand besoin d\'aide, il me faudrait un terme évoquant l\'invisibilité, ce serait pour une des armes de mon personnage

hacker 01 (mon projet BD en temps réel)

16 mars 2011 à 10:45 CryOo  
Tu as les armes réflectrice de lumieres, donc invisible.
Tu peut en sortir un nom a toi.

hacker 01 (mon projet BD en temps réel)

16 mars 2011 à 18:35 Disparu  
à vrai dire, je pensais utiliser les derniers articles concernant les méta-matériaux: http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/physique-1/d/meta-materiaux-linvisibilite-est-en-vue_9004/
dans mon histoire, l\'armure du personnage à la densité moléculaire proche du diamant, et je pensais lui donner les propriété des méta-matériaux
de plus, dans mon histoire, les carte sd renferment des armes et différentes attaques, et je pensais faire qu\'une de ces cartes détourne le spectre de la lumière et le rende invisible

hacker 01 (mon projet BD en temps réel)

25 juin 2011 à 19:19 Lemi  
Salut, ton histoire a évolué depuis le temps ^^

hacker 01 (mon projet BD en temps réel)

25 juin 2011 à 20:24 Disparu  
oui tout à fait, en fait, j\'ai terminé le premier épisode, malheureusement mon dessineux m\'a lâché, alors j\'attend d\'avoir le cran de la proposer à un éditeur

hacker 01 (mon projet BD en temps réel)

26 juin 2011 à 11:18 Lemi  
Dommage pour toi, te reste plus qu\'a tenter le coup, bonne chance.
Du coup, t\'a rien a montrer?
Dessinant un peu, ça m’intéresse de voir le boulot des autres


Message édité le 26-06-11 à 16:05 par Lemi

hacker 01 (mon projet BD en temps réel)

26 juin 2011 à 16:08 Disparu  
ben non malheureusement, ça m\'aurait vraiment plus de voir la \"vision\" d\'un dessinateur sur mon boulot d\'écriture ^^

hacker 01 (mon projet BD en temps réel)

15 juillet 2011 à 20:44 Disparu  
bon, be l\'épisode1 est fini; je viens de commencer l\'épisode 2

hacker 01 (mon projet BD en temps réel)

16 juillet 2011 à 01:36 afrogeekette  
Balancer comme sa ton épisode et ben tu as pas peur de te faire plagier toi.
C\'est pas conseiller je te dis ça en connaissance de cause moi aussi en amateur j\'écris des scénario je suis aussi sur un projet BD.

Faut toujours être sommaire on est pas au pays des bisounours en tout cas bon courage je t\'encourage à ce que tu trouve un éditeur et tout

hacker 01 (mon projet BD en temps réel)

16 juillet 2011 à 07:36 Disparu  
effectivement, j\'y ai pensé, il me semblait même avoir supprimé ce topic, mais il a refait surface, dieu sait comment