Accueil Forum -> Communauté -> Présentation  >>  moi en version originale sans sous titre
23 messages

moi en version originale sans sous titre

29 août 2011 à 16:34 Sforgia  
Salut NOUNOU !

Je présente Sforgia, mi-démon et mi-démon, je vis et je respire ce que j\'ai écris.

J\'adore énormément de chose allant de Tolkien à Dante en passant par Stephen KING. j\'aime bouger sur un dancefloor et les jeux vidéo avec un détour par les musées et le cinéma par que d\'animation mais ... beaucoup d\'animation XD.

Dans mon repaire maléfique, j\'écris ... pas que des complots mégalomaniaques ou des idées tordues sur la manière de dominer le monde. plutôt des histoires fantastiques, des nouvelles étranges et mystérieuses. j\'ai un projet de roman saga dans un univers science-fantasy... et je rêve de faire des scénarii de séries animés car il faut le dire ça manque surtout dans les productions françaises.
J’aimerai faire un putin de série bien chez nous à faire baver nos amis japonais.

Mes goûts étant supers éclectiques . IL faut me poser la question savoir si j\'aime ou pas.

Je suis un fan de H2G2 les livres : mais si vous connaissez la trilogie en cinq volumes voyons !!

Je suis un peu toon et funky dans mon caractère..chut cela se voit pas trop encore.. il faut pas faire fuir les gens xD


Message édité le 29-08-11 à 17:59 par Sforgia

moi en version originale sans sous titre

29 août 2011 à 16:47 Disparu  
Salut et bienvenue... (oui je suis nouveau aussi, je ferais ma prez bientot ^^)...

Si tu es fan de H2G2, je te conseille de lire (si c\'est pas déja fait bien sur...) la série des Dirk Gently du même auteur (Un Cheval dans la Salle de Bain et Beau comme un Aéroport), c\'est moins bon / drôle que H2G2 mais c\'est toujours aussi loufoque et ca détend pas mal (surtout le 2ème, j\'ai moins accroché sur le 1er).

moi en version originale sans sous titre

29 août 2011 à 17:23 DarkWolf  
OMFG ! Il y a des tas de fautes dans ta présentation et tu écris ?!

Sinon bienvenu hein

moi en version originale sans sous titre

29 août 2011 à 17:53 EmyBran  
Bienvenue

moi en version originale sans sous titre

29 août 2011 à 17:53 Sforgia  
quand j\'écris mieux celà quand même mais là j\'étais presser et surtout au téléphone donc ça facilite pas les choses.

Ah oui tu parles des oublies de S et des conjugaisons... oui bah bon word possède un correcteur d\'orthographe.

Mais pour ta gouverne faire des fautes ne retire pas le talent, apres je suis auteur pas correcteur de fautes.


Message édité le 29-08-11 à 17:55 par Sforgia

moi en version originale sans sous titre

29 août 2011 à 17:58 Disparu  
Et donc là, t\'es toujours au tél ?...



(sorry, juste pour la boutade, j\'aime pas critiquer l\'orthographe, tout le monde fait des fautes... )

moi en version originale sans sous titre

29 août 2011 à 18:00 Sforgia  
Non mais j\'oublie des mots sur clavier une sale habitude chopée IG .... moi je bosse à l\'ancienne : un papelar et un bon crayon de bois.

moi en version originale sans sous titre

29 août 2011 à 18:05 Disparu  
Ca doit être fastidieux ... j\'ai mal au poignet rien que de m\'imaginer gratter un gros paquet de pages, en plus faut dire je suis gaucher ca aide pas

moi en version originale sans sous titre

29 août 2011 à 18:12 DarkWolf  
Je ne critique pas hein ^^. Je fais juste mon chieur comme d\'hab. Je ne vais pas te juger alors que je ne connais pas ton talent

moi en version originale sans sous titre

29 août 2011 à 18:13 DrJackall  
yo

moi en version originale sans sous titre

29 août 2011 à 18:13 Sforgia  
exemple de travail : environ 1h d\'écris papier et 1-2h de frappe, mise en forme/page sur word

Ceci n\'est que le commencement de bien plus

Prologue


La pièce, faiblement meublée, était plongée dans la pénombre mais la clarté de la bougie trônant sur le bureau, unique des lieux créait des jeux d’ombres aussi fascinant que terrifiant.
Un homme était assis face à cette table de travail, avachit sur un nombre incalculable de feuilles empilées ou tombantes à ses pieds, il dessinait fébrilement.
Il prenait tour à tour d’un geste rapide : règle, crayons, compas, équerre et rapporteur puis de ce même geste les remettais exactement à leur place respective.

Soudain, il s’arrêta puis doucement sans lever la tête de ses documents, dit :
- Tu serais mieux assis dans le canapé derrière moi Hen’im, tu ne crois pas non ?
Le silence lui répondit, il ne retourna pas mais un œil d’enfant venait d’apparaitre du montant de la porte dans son dos.
- Aller entre ! encouragea-t-il en se remettant à dessiner. Depuis quand est-tu si timide ?
L’enfant entra sans un mot et alla s’assoir sur le canapé vieilli et décoloré. Il posa raidement ses mains sur ses genoux et resta droit comme un I, la bouche pincée.
L’homme leva un instant son crayon et désigna du doigt le coin droit du canapé.
- Je crois qu’ils n’attendaient que toi …. Qu’est-ce que tu en pense ?
Hen’im tourna lentement la tête dans la direction qu’il lui était indiqué et vit une assiette de biscuits posés dans un plateau de bois accompagnés d’une timbale de lait. Il resta figer un bref instant puis déglutit de gourmandise pour finir par saisir le plateau. Il le posa sur ses genoux mais le plateau paraissait immense en comparaison du petit garçon.
- Ne fais pas l’étonné, continua son père ayant repris son travail. Tu savais exactement ce que tu trouverais en venant ici, n’est-ce pas ?
- Ou...Oui, père. Avoua l’enfant une moustache de lait sur le visage.
- Tout comme je savais que tu viendrais me rendre visite cette nuit pendant que je travaillerai.
Je sais que tu n’es pas encore habitué à ton don mais tu n’as pas à en avoir peur. Les dieux ne donnent jamais rien sans savoir à qui ils le donnent.
- Ou...Oui, père. répondit Hen’im en postillonnant des miettes de gâteau.

L’homme étouffa un rire puis brusquement se retourna avec un crayon dans chaque narine et déformant sa bouche d’un rictus ridicule, les yeux louchant.
Hen’im avala de travers puis se mit à sourire. Son père lui faisait souvent des grimaces ridicules pour le faire rire, ce dernier émit un son bovin et se leva les bras tendu dans une démarche chaloupée.
- Beuwaaaaaa !! disait-il
L’enfant fixait son père mais semblait méfiant. En effet, il se jeta sur son fils et commença à le chatouiller.
Dans un mélange de bagarre et de rire, Hen’im et son père se mirent à jouer au beau milieu de la nuit.
Après quelques secondes, le garçonnet cria grâce :
- Stop ! … Stop, arrête. disait-il en tentant de reprendre son souffle. Papa, arrête !!
Celui stoppa.
- Eh bien, tu vois que tu peux dire papa quand tu veux … ou quand cela t’arrange.
Il s’affala à la droite de son fils, essoufflé et le décoiffa. Le jeune garçon émit une plainte de protestation et tenta d’attraper les mains de son père.
- Quoi tu n’aimes pas que ton père te décoiffe ?!
Hen’im lui jeta un regard renfrogné qui le surprit
- Bon, bon j’arrête
Puis il y eut un court silence.
- Papa ?
- Humm ?
- Tu ne diras pas à maman que je me suis levé pendant la nuit
- Non… et cela ne sera pas nécessaire
- Ah ?
- Crois-tu mon fils qu’une mère ne sait pas ce que son fils fait ? qu’elle arrive à dormir sachant que son enfant n’est pas dans son lit ? surtout une mère comme la tienne… Elle est comme toi et moi, elle voit ce genre de chose.
Hen’im baissa la tête penaud.
- Eh !... si elle voulait t’en empêcher, elle l’aurait fait
- …
- Allez oubli… Fini tes gâteaux que ta mère a fait exprès avant d’aller se coucher…
Il releva la tête les yeux grands ouverts et regarda fixement son père qui arborait un large sourire.
Il se leva laissant son fils engloutir les derniers sablés et retourna s’assoir pour se remettre au travail, avec la même gestuel.
- Tu dessines quoi ? demanda l’enfant timidement.
L’homme s’arrêta figer dans son mouvement, ferma les yeux, inspira lentement, les rouvrit et répondit en expirant :
- L’avenir… je dessine l’avenir où ce qu’il pourrait être. Le destin est un grand joueur, il se joue des hommes en leur faisant croire qu’ils ont le contrôle…..
- … Alors que c’est faux, enchaina Hen’im
- Oui … Ce qui doit arriver ne peut être empêché… alors ….
Il fut coupé par une voix féminine.
- ….Alors pourquoi, les dieux ont permis à certains d’entre nous : précogniseurs, devins, aruspices, pythies … pourquoi nous ont-ils doté de la capacité de voir ce qui va se produire sachant que nous ne pourrions rien y faire.
Elle avait prononcé ces mots comme si elle répétait un discours mainte et mainte fois entendu avec un certain agacement et de la fatigue dans la voix. La voix appartenait à une fort belle brune aux cheveux long en chemise de nuit appuyée au montant de la porte.
- Somëi’djail ! reprit-elle sur un ton de reproche. Tu as intérêt à avoir une bonne excuse pour farcir la tête de notre fils de genre de question, qui ne sont pas de son âge.
- Iastine…. Tenta-t-il de protester. Notre fils représente l’avenir….. Nous les premiers de notre genre sur NAUDAUSS mais d’autres suivront.
- Et quand bien même ! dit-elle en prenant son fils presque endormi dans ses bras. Il n’a que 7 ans ! tu entends Somëi’djail, il n’a que 7 ans. Il est trop jeune !
Elle se tenait bien que plus petite que son mari, en front devant lui avec le regard d’une mère en colère.
- Nous le sommes tous…. reprit Somëi’djail. L’Humanité, NAUDAUSS… nous sommes tous trop jeunes pour connaitre notre avenir. Nous ne serions pas quoi en faire sauf peut-être à faire bien pire…. Nous ne sommes pas prêts à changer notre avenir ou nos actions.
Elle ne l’écoutait plus, elle berçait son fils endormi contre son épaule.
- Tu ne comprends pas Iastine ! … je le fais pour lui et pour tous ceux qui vont venir au monde.
Elle lui lança un regard mauvais, à couper aux couteaux, avec ses yeux fatigués de sommeil puis se calma aussi soudainement.
- Je sais… souffla-t-elle en caressant la joue de son mari. Mais essai d’être seulement son père pour une fois, cesse de jouer au sauveur de l’humanité juste un instant. Il veut son « papa » pas son père le plus grand médium que NAUDAUSS est porté. Essai pour moi et pour lui, d’être simplement un homme, oublie un instant tous ce que tu sais sur l’avenir de ce monde et joue avec lui…..
- Bien…. Répondit-il comme vaincu par la raison. Je le ferai…. Demain nous iront pêcher entre père et fils…. Comme les autres pères puis que c’est ton souhait.
- C’est aussi le tien je te signale … tu savais que j’aurai un fils, tu savais comme il serait et ce que tu devrais faire. N’essaie pas de jouer la victime du destin pour cette fois, Somëi’djail.
Elle s’approcha du bureau.
- Sur quoi tu travail à une heure pareil ?
Elle souleva quelques feuilles et entraperçu des schémas techniques d’une rare précision.
- Une machine, je dessine ce que je vois … ce qui dois être fais
- Une machine ? dit-elle interloqué. Tu vois une machine ? je croyais que tu percevais que les évènements ?
- Une horloge, c’est une horloge ….avec un balancier gigantesque. Elle est …. Sera mon plus grand accomplissement, elle sera le plus puissant artefact théurgique qui n’aura jamais existé.
- Théurgique … ? Elle prenait peur. Tu te veux créer un objet en lien avec les forces célestes ! avec les dieux en personne ! En quoi cela concerne l’avenir ….
- C’est bien au-delà des dieux …. Cette horloge sera mue par la Destinée elle-même. La causalité sera l’énergie qui animera cette pendule !
Il prononçait ses mots avec un enthousiasme malsain presque touchant à la folie
- Somëi’djail… depuis combien de temps n’as-tu pas eu de vrai nuit ?
Elle tenta de s’approcher mais il s’écarta.
- Tu me crois fou !! c’est ça ! cria-t-il le regard hagard.
- ……
- Je ne suis pas fou …. Pas encore….
- Pas … pas encore !
Elle était effrayée et serra plus fort son fils.
- Ne t’inquiète pas se ne sera pas avant des années encore… Iastine, j’ai besoin de ton soutien et de la force de notre fils.
Il retourna s’assoir et repris son œuvre.
- Je dois finir ça.
Elle sortit de la pièce mais elle l’entendit s’adresser à elle.
- Fais en sorte qu’il se souvienne quand il sera plus grand de l’homme de bien que je suis. Il aura un immense devoir à accomplir. Reste toujours à ses côtés, …. Pour nous deux.
Elle retourna se coucher avec son enfant en tremblant.

Cette nuit-là, Elle ne put fermer l’œil et il ne vint pas la rejoindre pour dormir.



Voilà le prologue de mon gros projet actuel, j\'ai fais dans la poésie en prose mais j\'ai arrêté. Je ne prétends pas être parfait en orthographe car j\'ai le nez dans mon texte et je manque de recul pour le corriger grammaticalement.

moi en version originale sans sous titre

29 août 2011 à 19:36 Disparu  
La flemme de lire le gros truc de la fin, mais bienv\'nue quand même. x\')

moi en version originale sans sous titre

29 août 2011 à 19:59 Sforgia  
lol je m\'excuse alors ^^

va voir section des écris j\'ai mis un truc plus digeste en quelque sorte

moi en version originale sans sous titre

29 août 2011 à 20:28 Disparu  
Well Come =)

Et Darkwolf CHOU arrete de faire chier les gens!

moi en version originale sans sous titre

29 août 2011 à 20:45 Disparu  
Alors, le \"saluuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuut nounou ! \", on le garde pour les grandes occasions déjà ! Tsssssss.

Bienvenue à toi jeune animaniac littéraire