Accueil Forum -> Communauté -> Flood Party  >>  Les Dramas d'Hiro, Episode 2: Souvenirs d'un gamin de 12 ans à Vélo.
1 messages

Les Dramas d'Hiro, Episode 2: Souvenirs d'un gamin de 12 ans à Vélo.

16 janvier 2017 à 21:16 Hirosan    
Bonsoir tout le monde, comment allez-vous?  

Moi? Je me porte plutôt bien ma foi... Mais rien de spécial ne ce passe en cet hiver froid et pluvieux.

Je me vois dans l’obligation de recommencer pour la 3e fois l’écriture de l’épisode 2 Oui, cela est bien embêtant de devoir recommencer en raison d’une sorte de souci technique, mais je ne blâme pas le site, hors de question de cracher dans cette délicieuse soupe qui rassemble une communauté de gens aux personnalités bien uniques pour des geeks (Moi le premier)! Montrons de la gratitude aux fondateurs, sans ironie.  

À 3 heures du matin passés, me voilà pris d’un élan d’inspiration, me rappelant que bien avant EG, ma vie était déjà bien fournie en Dramas, je ne savais juste pas encore comment conter cela.  Je venais de rentrer d’une tentative de manger de la viande de chien avec un ami Italien qui allait bientôt partir qui à échouée, puis une petite session de troll sur la Ligue des Légendes sur le serveur de l’Empire du Milieu pour les voir réagir avec une rage qui ferait honte à leur ancêtres qui savaient garder leur sang froid même durant les moments d’extrême tension, dans le but égoïste de mon divertissement (Et d’une amie qui a terminé en était de Position Latérale de Sécurité), c’est là que l’idée de vous faire part d’un souvenir de jeunesse m’est venue en tête. 

Et croyez-moi que je n’ai pas peur de l’Oeil de Sauron (Une nouvelle référence découverte par mes chers camarades Italiens pour décrire Le Grand Pare-Feu de Chine) pour naviguer dans la partie sûre de l’Internet (Les véritables savent que sans Jean Torsteau, visiter les abysses de l’internet n’est nul autre que pure folie).  

C’est sur une énième gorgée de Monster, que je vous conte donc une tranche de ma vie...  

J’avais 12 ans, ou plus précisément, je venais de les avoir il y a à peu près un mois. Je venais de passer en 5e, j’avais reçu un râteau d’une fille de la classe que je trouvais belle, le premier d’une longue série, je m’étais fais de bon amis, mais je n’étais pas encore prêt pour ce qui allait suivre les années suivantes... Enfin bref.  

Pour mon anniversaire, j’avais reçu un vélo, c’était une aubaine, parce que cela faisait une éternité que je n’en avais plus fait à l’époque. Ce vélo à été d’une grande utilité, plus particulièrement pour la tâche qui consistait à mettre le courrier dans la boîte aux lettres de La Poste. Mais avançons un petit peu plus rapidement pour en venir aux faits.  

Un de mes camarades de classe habitait à 10 minutes de chez moi et un beau jour, je l’ai rejoint avec d’autres amis à lui (dont la plupart deviendront aussi de bon amis plus tard). Nous nous sommes pas mal déplacés de quartier en quartier, je m’amusais bien mais je ne voyais pas le temps passer d’une certaine manière, mais bon, à 12 ans, l’immaturité est encore très présente, les joueurs de l’Appel Du Devoir peuvent vous le certifier.

 Durant un segment de temps, je me trouvais en queue de peloton, à la traîne par rapport au reste du groupe, donc, étant complexé sur le moment, je commençais à accélérer, de plus en plus, à chaque personne que je dépassais, je me sentais plus fort, mais, parce qu’il faut bien placer un “mais” à un moment...  

Un mauvais choix de frein au mauvais endroit à causé ma chute, en pleine célérité, j’avais actionné le frein avant de mon vélo, sur le bord d’un ralentisseur, ce qui a résulté en un magnifique salto avant à 180°... Une cascade qui aurait été approuvée par Travis Pastrana lui-même.  

“Le plus important, ce n’est pas la chute, mais atterrissage” Au vu de nombreuses chutes qui me sont arrivées au cours de ma vie, je pense à l’unanimité que atterrissage de cette chute aurait pu changer le cours de mon existence si cela se serait terminé autrement...  

J’avais atterri dent la première sur le sol, du goudron pour être bien précis, une matière bien solide en tout cas...  

Mais miraculeusement, ou peut être parce qu’une loi physique n’a pas été appliquée à son plein potentiel, toute les incisives étaient en place et n’avaient pas bougées, bien évidement la douleur était présente, mais en y repensant, j’aurais pu perdre le sourire pour le restant de ma vie.  

Un incident résolu, une confirmation que je ne savais pas circuler à vélo et quelques poignées de main plus tard...

Je rentrais chez moi aux environs de 5 heures de l’après-midi.  Ma mère était furieuse (Mais inquiète au fond de son être), après m’être fait sermonner durant 10 minutes, je fus puni pour avoir été loin, durant 3 heures, mon périmètre de circulation à été restreint à “à côté de la maison” et la durée drastiquement réduite à 20 minutes... Aujourd'hui, je me demande encore si cette punition était vraiment aussi nécessaire que légitime...

Mais bon, le mal était déjà fait à cette époque...
 

La morale de l’histoire: Ne jamais faire le Paon au risque de devenir le Dindon de la Farce. 


Edité par Hirosan