Accueil Forum -> Art -> Ecriture  >>  Une histoire... Mon histoire...
2 messages
Accueil Forum -> Art -> Ecriture  >>  Une histoire... Mon histoire...
2 messages

Une histoire... Mon histoire...

16 avril 2011 à 00:08 FlashNain  
Je vais vous raconter une histoire.

L'histoire d'un gamin qui n'aime pas montrer qu'il ne va pas bien, enchainé à un monde qu'il ne comprend pas toujours. Un gamin naïf, timide à l’extrême. Il a peur de tout et de rien, mais il a une terreur. Une terreur telle, qu'il a du mal même à l'admettre. Sa terreur se nomme “Solitude”. Il n'a pas eu à s'en faire récemment car il a des amis formidables pour le soutenir : un blond pugnace, un brun aux cheveux de brosse à toilettes, l'homme aux 600 mangas, un autre brun un peu decontract qui est avec une blonde au caractère trempé comme l'acier, un brun futur papa qu'il n'a pas vu depuis des lustres, un moblin fanatique de DS et de sous, un brun argenté sortant d'une heroic fantasy en ligne, un brun doux comme un agneau et brut comme un troupeau de rugbymen, une blonde insistant sur le “vénitienne”, son meilleur est un autre brun qui ne l'aide que trop et l’accueil toujours à coup de “xX3005XxxX”, j'en passe et des meilleurs… Seulement, pour le moment, la “meilleure”, il la désire plus que tout au monde. Elle est bien loin de là où il est la semaine, à l'internat de son lycée. Son seul moyen de communiquer avec elle c'est son téléphone mobile qu'il n'a aussi même pas eu le courage de lui demander lors d'une fête où ils se sont revus presque par hasard. Même une fois le numéro enregistré, il ne pu l’appeler que pour diverses fêtes organisées avec des amis mais même ces appels apparemment insignifiants lui demandaient un effort incomparable, un pincement au cœur énorme. Malgré tout, malgré sa voix à moitié déformée par le téléphone, il l'aimait, sa voix et s'en délectait comme d'un nectar. La demi-heure qu'il a eu au téléphone avec elle ce jour là l'avait rendu de sa gaieté perdue à déprimer. Déprimer ?

Oui il déprimait. Il déprimait sur lui même. Il déprimait encore et encore en pensant à elle, pleine de vie et aux journées extraordinaire. Il déprimait parce qu'il se posait trop de questions. Des questions ?

Juste ça ? Des questions ? Les mots seuls le mettaient dans cet état ? Oui. Sans aucun doute. Mais quelles questions alors ? Malheureusement celles qu'il n'osait pas lui dire, même pathétiquement par un stupide SMS, celles qui lui torturait l'esprit.

Et oui. Celui que beaucoup considèrent comme quelqu'un plein de vie, se mouvait comme un mort dés qu'il pensait à elle, c'est à dire tout le temps. Nombre d'entre vous se disent, “Mais pourquoi ? Pourquoi il ne lui dit rien ?” Je vous dirait qu'il faut suivre. Son handicap de vitalité actuelle lui vient de son défaut le plus important : sa Timidité exorbitante. C'est une spirale sans fin qui l'emmène de plus en plus profond dans son néant. Un néant interne à sa volonté.

C'est tellement facile de penser…

C'est tellement difficile de parler…

Mais bon, à coté de ça, c'est un imbécile. Il ne veux pas que ses amis lui posent des question le mettraient dans un état encore plus déplorable pour lui. Donc sa réaction, c'est de faire semblant, semblant d'aller bien. Peut être est ce que ça l'aiderait à aller mieux totalement… Certainement pas, il s'en rend compte enfin. Mais il continue, dans sa stupidité grandissante. Seulement, il sait pertinemment ce qui lui permettrait d'aller vraiment mieux : tout dire à la fille, la couronne de son cœur, ses sentiments non factices, pour une demoiselle sportive, belle et enjouée…

Il tarde. Il tarde à lui dire. Il sait que si ça continue ainsi, il perdra sa déesse, car sans doute un autre la lui prendra avant même sa tentative. Il faut qu'il se jette à l'eau mais il ne le peut. Il n'y arrive pas, accroché son monde de solitude qui ne peux que l'enterrer. Il l'est déjà jusqu'au cou. “Réveille toi !! Ressaisis toi !! lui dit-je. Tu ne peux pas rester comme ça !!” Mais je n'ai jamais de réponse positive, ses questions le harcelant tel un vent d'hiver. Il reste muet, marmonne des mot que je ne comprend pas toujours. Je suis pourtant celle qui suis la plus proche de lui.

Pourtant il m'ignore…

Pourtant il m'ignore…

Il m'ignore dans son tourment…


Qui je suis ? Sa meilleure alliée. Son pire ennemi. Les avis sont souvent partagés. Indispensable sans être obligatoire, je suis malgré tout omniprésente. Insaisissable, sans image, je ne suis qu'un reflet, une maigre voix par les temps qui courent.

“Mais qui ? Qui est plus proche de lui que ses propres amis ?” vous vous dites sûrement si vous n'avez pas déjà trouvé.

Je suis sa Raison.

Son Esprit.

Bienveillante et intègre.

Monstre invisible à ses yeux...


Rien ne me prédispose à devenir ainsi son bouc émissaire mais c'est mon choix. Je l'ai choisi. C'est ainsi.

Il n'est pas fou à écrire ça pour moi. Enfin, il prend conscience de ce que je suis. Sur cette feuille, je me trace une existence extérieure à sa tête. Une existence que d'autre, enfin, peuvent voir.



Je veux qu'enfin, le ciel gris laisse place au ciel bleu…

Qu'une mare de laine nous relie tout les deux

Pour que finalement, entier

Il puisse abandonner ce passé

Pour entrer dans une ère

Où il aurait enfin une partenaire

Dans un puits de temps

Où je retrouverait mon répondant

Dans un monde non-éphémère,

Un monde au ciel clair…


Le 26 Septembre 2008.

Une histoire... Mon histoire...

09 août 2011 à 14:37 Disparu  
Pardonne mon indiscrétion, mais j\'ai du mal à saisir le contexte.
Est-ce une fiction, un récit de vie à la 3ème personne ou bien un extrait de ton journal intime ?