Accueil Forum -> Art -> Ecriture  >>  Une autre de mes passions !
4 messages
Accueil Forum -> Art -> Ecriture  >>  Une autre de mes passions !
4 messages

Une autre de mes passions !

26 avril 2012 à 20:22 Luniev  
Car en effet j'aime pas mal de domaines artistiques..

Pour ce qui est de l'écriture, j'aimerais poster un début de "nouvelle" sur un style autobiographique et un thème Science-fiction.
Toutes remarques sont les bienvenues, même les critiques !
___________________________



CYBER_CONCEPT

Les Mémoires de Kreg




13 Septiaar 2249 – CRMCB (Centre de Recherche Militaire Cyber-Biologique), Alaska – LE REVEIL


15h43 - Enfin sorti du coma. Une voix féminine vient de m'informer que ça fait tout juste 2 ans que je suis retenu ici, allongé sur une table d'opération, dans cette pièce sans aucune source de lumière. Mon interlocutrice se nomme Diane. C'est d'ailleurs à elle que je m'adresse, dans un plus ou moins bon français oral, pour rédiger cet écrit. Je trouve à mal fou à prononcer mes mots de façon claire, comme si ma mâchoire était excessivement lourde. Elle m'a ressassé qu'elle n'avait pas le droit d'écrire pour moi et m'a parlé de hauts risques mais a fini par accepté à la vue de mon état. Je crois qu'elle prends pitié, je ne dois pas être très beau à voir..
J'ai l'impression d'avoir perdu toute emprise sur moi-même, je suis comme anesthésié, drogué, et malgré tout je reprends toute ma lucidité. Je tente de me remémorer de mon passé mais une horrible douleur me lacère le crâne. Je retente mais en vain, comme pris d'un horrible trou noir qui paralyse ma mémoire. Il me semble même avoir oublié mon prénom. Ava me conseille alors de ne pas m'inquiéter mais cela ne suffit pas à me rassurer. Je décide de ne pas abuser de sa gentillesse et garde cette inquiétude en moi. Je sens alors une légère chaleur sur mon front, comme si elle venait d'y poser sa main pour m'apaiser.
16h09 - J'entends des bruits de pas très nets résonnant au lointain, ainsi que des échanges verbaux mais je ne parviens à saisir ce qui est dit. Mon ouïe semble loin d'être défectueuse, mais leur langage m'est inconnu. Les pas s'estompent, puis reprennent à une plus forte cadence. « Il viennent sûrement vérifier les branchements externes » me dit Ava. Je ne comprends plus rien, quels branchements ? Est-ce de moi dont elle parle ?

Diane : Le sujet va bientôt s'endormir sous une injection de morphine. Je cale discrètement la feuille de papier sous la table d'opération avant l'arrivée des chercheurs.



15 Septiaar 2249 – CRMCB – NOUVEAU DEPART



7h02 – Diane est toujours avec moi, mais ce sera sûrement la dernière fois, me dit-elle. J'ai pu ouvrir les yeux il y a à peine 3h, dans cette cellule électronique équipée de nombreux terminaux et d'un ordinateur central. Quelle ne fut pas mon impression en me retrouvant dans un corps entièrement robotisé. Je suis informé que tous mes organes ont été remplacés par des pièces électroniques. Mon squelette a également été renforcé par un métal dont je n'ai retenu le nom scientifique. J'ai bien peur de voir mon cerveau ressembler à une carte mère.. Enfin non, pas de la peur.. Étrangement, je ne ressens aucune panique, mes sentiments humains ont disparus. Ou du moins ils ont été altérés. Qu'est-ce qu'il s'est passé ? Pourquoi moi ? Dans quel but ? Est-ce un châtiment ? Il y a toujours trop de questions auxquelles ont ne souhaite m'apporter de réponse.
Diane : Je me suis éclipsée à la venue du directeur. Je reprendrai un dernier contact avec le sujet si je retrouve l'opportunité d'être seule avec lui.

Un quart d'heure plus tard - J'ai pu y retourner, mais ce sera sûrement très bref.

8h30 - Le directeur de la CRMCB, Mr Lenhart si ma mémoire ne me fait défaut, s'est présenté à moi avec deux de ses agents, après que ma confidente se soit discrètement éclipsée dans son bureau. Je ne sais toujours pas comment je suis tombé là, mais l'impression qu'il m'a donné n'était pas des plus rassurante. Cet homme d'une quarantaine d'année à la chevelure aussi raide et grisâtre que l'expression de son visage semblait avoir conscience de lourdes responsabilités. En quelques phrases concises, il m'a expliqué que je devrai prouver mes nouvelles capacités cybernétiques contre d'autres prototypes sur diverses reproductions d'environnements hostiles. « Préparez Ixion pour le test A1-01 » a-t-il achevé en regardant ses deux agents. Ces derniers m'ont ordonné de placer chacun de mes membres à travers divers réceptacles reliés à ce qu'il appellent le Terminal. J'en suis ressorti 5 minutes plus tard avec un canon d'arme de poing au bras droit et une lame d'une trentaine de centimètres prolongeant le bras gauche. Par déduction, on a fait de moi une arme de guerre qui doit maintenant être testée.. Je crois n'avoir plus que la conscience d'humaine. Suis-je encore quelqu'un aux yeux de l'humanité ? Qui est Ixion ? Est-ce mon vrai nom ou un code militaire ?
Ava me tend les quelques feuilles de papier sur lesquelles elle a écrit et m'informe qu'elle n'aura sûrement plus la possibilité de me revoir à l'avenir. Elle tourne alors son regard à travers le mien, et malgré sa froideur j'arrive à y percevoir beaucoup de compassion. Quelques secondes s'écoulent, puis en silence, elle tourne les talons et disparaît au fond du couloir.

Un dernier chuchotement parvient à mon esprit : Ce n'est un mauvais rêve.. Bon courage.


[...]


Message édité le 2013-04-06 20:44:27 par Luniev

Une autre de mes passions !

26 avril 2012 à 20:44 justice81000  
t\'es sacrement barré comme type ! mais j\'aime bien !

Une autre de mes passions !

26 avril 2012 à 20:52 Luniev  
C\'est sûr que je fais pas trop dans la \"banalité\", mais merci ! xD

Une autre de mes passions !

06 avril 2013 à 20:48 Luniev  
Même si personne ne lit ce poste je me permets de rajouter un autre "début de roman", bien différent du premier. :)


AU DELA DES VENTS


~


PREFACE


Ce conte met en oeuvre un monde imaginaire, inspiré par les légendes nordiques et la sorcellerie à travers les âges. La trame principale se base sur l'évolution de Värg, un jeune viking rêveur et idéaliste, rapidement contraint à assister à un évènement tragique; sa propre mort. C'est à partir de ce moment là qu'entre en scène la dimension occulte qui va donner toute son importance au héros et grandement changer sa vision de la vie et ses rapports avec les divers protagonistes...

Protagonistes : Värg, Harold, Hulfrik Sombrerage, Gjermund, Ragnar, Luna/Anja, Camilla, Viola
Antagonistes : Ingvar, Tilde, Hjordis, Hanna, Skadja




Chapitre I (pas encore trouvé de nom)



Les flocons dansaient depuis plusieurs jours sous la brise hivernale, formant une épaisse couche de neige recouvrant les chaumières du petit village prospère et isolé d'Halvard et ses sentiers ruraux. En cette période de l'année, la nuit s'empressait de tomber et ne tarda à engloutir la vaste toundra et ses montagnes au lointain, ne laissant subsister que quelques lueurs scintillantes animant la voûte céleste. De nombreuses torches accrochées aux murs des bâtissent vinrent lutter contre l'obscurité, alors que les cheminées commençaient à fumer, et que le bruit naturel du vent succéda aux célèbres chocs métalliques provenant des deux forges.

En effet, Halvard était réputé pour ses forgerons légendaires, les frères Ragnar et Gjermund. Ils étaient reconnus comme les meilleurs par toutes les régions nordiques habitées aux alentours. Leurs armes et leurs armures étaient de précieux atouts souvent décisifs en temps de guerre. Certains racontaient qu'un métal encore inconnu les rendaient indestructibles, d'autres qu'elles étaient enchantées par des rites sorciers, mais personne ne niait que le talent des deux frères y était pour beaucoup. Leur notoriété faisait d'Halvard un village très respecté, mais également très convoité par les peuples barbares, bandits, et toutes personnalités avares de gloire et de puissance qui passaient dans la région. Ainsi il avait été lourdement fortifié sous la demande d'Hulfrik Sombrerage, le grand chef de guerre de la région voisine, afin d'éviter de voir son talent anéanti dès le premier assaut.

Gjermund avait tout pour être un homme heureux et fier. Ce quadragénaire à la forte condition physique faisait encore preuve d'une incroyable vitalité en combat, il était demandé par la plupart des femmes, ses revenus lui permettaient presque d'avoir la vie d'un seigneur, sans oublier qu'il avait la reconnaissance de plusieurs régions à ses pieds. Mais quelque chose le préoccupait énormément ces derniers temps; son fils.
Värg était né de son union avec Elena, qui avait perdu la vie suite à une grosse épidémie de grippe, quelques mois après sa naissance. Lorsque Gjermund réussit à faire le deuil de sa femme, il décida d'apprendre à son fils tout ce qu'il savait sur la forge. Il lui enseigna en quelques années toutes les techniques poussées qu'il avait mis des décennies à approfondir. Il s'impliqua dans son rôle de père avec énergie et détermination, convaincu que Värg le succèderait un jour et perpétuerait la légende.

Hélas le jeune homme ne l'entendait pas de la même oreille.. Il respectait beaucoup son père, il aimait passer du temps à ses côtés, et comme tout jeune homme de son âge il appréciait également sa popularité auprès des plus belles jeunes femmes de son village, mais il ne trouvait pas sa place en tant que forgeron. Il se voyait mal passer sa vie à Halvard à cogner du métal, croulant sous les demandes en armements de tous les chefs de guerres alliés.
Värg était plutôt du type fougueux, curieux, et même rêveur. Dès qu'il en avait l'occasion, il fuguait, simplement équipé de son arc de chasse et de quelques vêtements en peau d'ours, marchant jusqu'à l'autre bout de la toundra allant même s'aventurer dans de sombres et lointaines forêts de sapins où personne n'avait été. Parfois, sur son chemin, il rencontrait des habitations isolées et se lançait le défis d'y pénétrer afin de voler quelque chose de la manière la plus furtive. D'ailleurs, il ne s'était jamais fait attrapé. Mais ce qu'il aimait par dessus tout, c'était s'écrouler volontairement au sol à la tombée de la nuit et perdre son regard sous la lueur hypnotisante de la lune et des étoiles, imaginant même parfois qu'un signe des dieux s'y manifesterait. Il vouait depuis sa plus tendre enfance une profonde fascination pour la nuit et ses astres.
C'était un jeune homme plein d'énergie et de réserve, il était beau, endurant, courageux, et il lui arrivait parfois de se découvrir un certain charisme en présence de la gente féminine. Sa notoritété l'y aidait beaucoup, mais il appréciait aussi particulièrement jouer de son charme avec les jeunes femmes qui s'attardaient parfois le soir à la tarverne. Son regard était perçant et aussi sombre que sa chevelure qui retombait en mèches et en tresses sur ses épaules, ce qui lui donnait un petit air mystérieux et réservé. Sa silouhette était élancée, et ce qu'il perdait en masse musculaire il le retrouvait en agilité et souplesse, mais également en ruse. Cela lui revalu d'ailleurs le surnom de "fourbe louveteau" lors des combats d'entrainement avec les autres vikings, car il optait bien plus souvent pour une approche par surprise plutôt qu'un face à face direct.

Malheureusement, aujourd'hui il n'eut ni droit aux combats amicaux, ni aux folles aventures à travers les plaines, contraint à aider son père sur une importante demande de heaumes.
Gjermund et Ragnar avaient fourni un travail colossal cette journée, et s'apprêtaient enfin à compenser leurs efforts par un repas digne de satisfaire toute une meute de loups. Peu de temps après, l'ôdeur de l'ours rôti emplissait les pièces de la chaumière, et le foyer de la cheminée succédait à la chaleur de la forge. Les trois hommes s'installèrent et purent alors profiter d'un plat mérité, accompagné par de généreuses choppes d'hydromel.
Värg était songeur, voire quelque peu absent. Entre deux bouchées il espérait que le lendemain lui serait plus favorable et que son père lui laisserait un peu de temps libre. Bien qu'il trouva cette divagation trop absurde, il tenta tout de même un dialogue avec son père pour en avoir le coeur net :
- "Père.."
Gjermund retira péniblement un morceau de nourriture qui s'était incrusté dans sa grande barbe tressée puis se tourna vers son fils d'un air préoccupé :
- "Qu'y a-t-il ? Tu n'es pas satisfait du repas ?
- Bien sûr que si père, et je voulais savoir si demain je pourrais partir à la chasse pour rapporter de nouveaux gibiers.
- Par Odin, encore un prétexte pour ne pas bosser hein ?"
Le jeune homme n'appréciait pas rentrer en conflit avec son père mais il tenta de s'exliquer une fois de plus :
- "Euh... Oui. Oui, c'est un peu ça. Je sais que j'ai encore beaucoup à apprendre à tes côté, mais j'aimerais tellement pouvoir faire autre chose de temps en temps. Juste par moments. Eh puis chasser n'est pas inutile. Passer plus de temps à m'entrainer au combat non plus, ça pourrait d'ailleurs m'aider si nous sommes attaqués. Je t'aide beaucoup à forger tes armes mais je ne trouve jamais l'occasion de m'en servir. Nous sommes des guerriers aussi après tout. Je pourrais également découvrir les alentours pour mieux connaitre la région..
- Tu sais qu'on en a déjà parlé. Pourquoi tu ne vas pas t'entrainer après le dîner ?! Et puis notre village est sans danger. Il est éloigné de toute guerres, difficilement accessible, et bien défendu. Tu le sais tout ça ! Quand je mourrai il faudra quelqu'un pour prendre la relève à la forge, je n'ai qu'un seul fils et je ne compte pas donner le secret de nos arme à quelqu'un d'autre."
- Oui je sais tout ça père..."
Ragnar, qui assistait jusque là à la disctution avec un air indifférent, parti chercher un tonneau de bière au sous sol qu'il versa dans les trois choppes vides. Puis il leva vigoureusement son verre en regardant successivement Gjermund et Värg :
- "Nous avons la chance de vivre dans un village prospère, où nos femmes ne sont pas souillées, et où nos hommes sont beaux et fiers ! Nous ne connaissons que quelques batailles, mais nous n'avons jamais connu de réels massacres des notres, nous devons nous en satisfaire et remercier les dieux ! Gjermund, beaucoup de vikings ne connaissent pas leur descendance, ou parfois très peu longtemps. Je ne suis peut-être que son oncle, mais je pense que ton fils devrait s'épanouir un peu de temps en temps, profiter de sa jeunesse. Laisse-lui aussi le temps de trouver une femme et de venir un puissant guerrier ! Regarde-le, il a la peau sur les os ! En plus il apprend tout ce qui tu lui dis très rapidement, il le mérite."
Quelques secondes s'écoulèrent. Seul le crépitement des flammes de la cheminée se faisait entendre. Petit à petit, le visage de Gjermund se décrispa :
- "Tu dois avoir raison... Je suis tellement impliqué dans mon métier que j'en oublie la liberté de mon fils."
Puis il se retourna vers Värg :
- "Pardonne-moi d'avoir été aussi strict. Comme le dit ton oncle, c'est vrai que tu as le droit de profiter de ta vie personnelle. Je n'y pense pas assez... Demain tu as ta journée de libre, et j'essaierais de ne pas trop te surcharger à l'avenir..."
- "Merci... Père.
- Une dernière chose, j'aimerais de la confiance entre nous. Si je te laisse du temps libre, tu cesseras de fuguer sans prévenir ?
- Promis Père."