Accueil Forum -> Art -> Ecriture  >>  Mes écrits poétiques
7 messages

Mes écrits poétiques

04 juillet 2011 à 21:30 klygon      
Bon, voici quelques uns des textes que j'ai écrits. Lachez vos coms svp!

Ma muse



Un poème pour toi qui fût ma muse

Solitaire et m'en excuse

J'espère qu'il arrivera à temps

Car ce jour est important

Il y a 19 ans tu arrivais

En ce beau mois de mai



La première fois que je t'ai vu

Oui ce jour là j'ai su

Que tu serais chère à mon coeur

Et depuis je passe des heures

Ecrivant à chaque fois

Que je peux penser à toi



Un poème pour toi qui est ma muse

Un poème que le temps n'use

Car ce qu'il reste des hommes mortels

Ce sont ces mots qui restent éternels

Tu m'a donné la force de lutter

Car la plume est plus forte que l'épée



Je te remercie car tu m'a permis

D'être heureux lorsque j'écris

Car chaque poète a sa muse

Sans laquelle les mots refusent

De nous donner leurs secrets

Pour les écrire sans regrets



Un poème pour toi qui reste ma muse

Gràce à qui les rimes fusent

Je te souhaite donc une vie

Longue, heureuse et aussi

Belle qu'un matin d'été

Douce qu'un premier baiser.

Mes écrits poétiques

04 juillet 2011 à 21:31 klygon      
Solitude

Je m\'éveille en lui disant bonjour

Et m\'endors en lui disant bonne nuit

Pas une histoire d\'amour

Mais l\'histoire de ma vie

Car elle me retrouve toujours

Presque comme une amie

Solitude



Toi qui nous fait nous sentir

Si bien et si mal en même temps

Toi qui nous fait nous mentir

Mais qu\'on chéri pour autant

Toi qui nous donne du plaisir

Chaque fois que l\'on t\'entend

Solitude



Las de me sentir seul

Je t\'abandonne, je pars sans toi

Libéré de ta gueule

Et de tes crocs cette fois

Et si les remords me veulent

Je ne cèderais qu\'au trépas

Adieu solitude


Message édité le 04-07-11 à 21:42 par klygon

Mes écrits poétiques

04 juillet 2011 à 21:38 dorkro  
Très joli, bravo


Klygon a écrit:
Chaque fois que l\'on t\'entend



Message édité le 04-07-11 à 21:38 par dorkro

Mes écrits poétiques

09 août 2011 à 15:11 Disparu  
2 très jolis textes.

Dommage qu\'il y ait le fameux \"Lachez vos coms svp!\", ça casse un peu tout quand même XD

Mes écrits poétiques

09 août 2011 à 15:58 Disparu  
Destiny


Ennui immaculé sur des destins brisés,

Ton regard enveloppé par la litanie courroucé,

Une tempête immuable que le temps laisse au hasard,

Ce vent qui nous glace alors que le ciel n\'est pas noir...

Des espoirs qui dansent lorsque nos âmes se rencontrent,

Des regrets qui s’effacent dans cette solitude lasse,

Et nos mains qui se frôlent sans se lier davantage,

Et nos paroles qui perdurent, parfois un peu sauvage ~


C\'est un soir que la lune a décidé du sort,

C\'est une nuit qu\'un ange à moi s\'est dévoilé,

Une lumière qui ne peut briller, sans toi a ses cotés...

Profonde folie peut etre, mais ne reste que l\'amour et qu\'importe la mort...

Mes écrits poétiques

09 août 2011 à 16:25 Fenrir  
Amour mort-né

Je me souviens si bien comme le destin
t\'avais mis sur ma route un matin
Tes cheveux d\'or volaient au au vent
Dire que moi je m\'endormais au volant

Soudain j\'entendis le chant d\'une sirène
Qui vint me paralyser, me privant d\'oxygène
Subjugué que j\'étais par ton inouïe beauté
Émerveillé un instant j\'oubliais de t\'éviter

Le choc en moi fut violent, tu avais percé ma cuirasse
telle une reine te battant avec mes essuies-glace
Je sortais du véhicule, charmé, coeur battant
Savourant la douce mélodie de ta voix m\'insultant.

Tu m’ordonnais de t’emmener à l’hôpital, de me dépêcher
Mais j\'étais incapable de détourner mon regard envouté
Je t\'aime! aime moi en retour et je serais à toi pour toujours!
Tu me répondis AAaAaAaRGh et je sus que tu partageais mon amour.

Nous nous aimâmes jusqu\'à la fin de tes jours, du plus pur amour
Dieu que ce fut court, bien avant que n\'arrivent les secours.

Mes écrits poétiques

29 août 2011 à 14:19 ishay  

L\'ascension



J\'avance
pied nu sur cette pante étroite, arpenté de ronce ou seule la brise froide de l\'air sur ma peau me rappelle que je suis humain. Je trébuche plus d\'une fois au grès de ma volonté puis me relève difficilement, genou et main ensanglanté. Le temps me semble long dans se noir intense, je croise mille personnes sans visage sur mon chemin me posant la même question: \" ... Is this black color of your heart or are the hope of better days?\".
Je n\'y prête pas attention de peur que mes chutes devinrent plus rude par la suite... J\'avance toujours sur ce chemin escarpé, à bout de souffle mais ne montrant aucun signe des faiblesses hors mit les cicatrises que mon corps arborent pour pouvoir, dans le cas ou je croise un visage familier, ne pas le faire fuir et porté ses peines et désespoir au long du chemin.
Quelque année plus tard, encore loin d\'arrivé au sommet de cette pante...Sur le bord de ce chemin, je croise une personne entrain de tombé et de peur quelle se blesse, me précipite derrière elle pour amortir sa chute. Elle m\'explique qu\'elle est seule aussi et que ça fait des années qu\'elle avance sur cette route, qu\'elle croise les mêmes personnes que moi mais n\'arrive pas à leurs donné un visage. Mais elle voit le mien et je découvre le sien.
Nous faisons un bout de route ensemble et nous commençons à apercevoir le \"mont happiness\" à mi chemin de cette pante. Les ronces commencent à se disperser, ce noir qui m\'entoure passe au gris puis au blanc. Je vois les visages de gens et me sent moins seul, je montre quelque sourire timide et continu d\'avancer. Voulant montré que ce noir et cette route n\'avait pas eu raison de de moi, que je pouvais resté fort pour eux, pour elle.
Puis vint ce jours ou après un temps passé ensemble. Mes faiblesses dissimulaient derrière un masque pittoresque ne laissa apparaitre que la rancœur et l\'amertume que cette ascension m\'avait laissé, n\'écoutant plus les maux de mon cœur et ne laissant plus libre cours au plaisir d\'avoir sa main dans la mienne. Nous arrivions au bout. . .
Deux routes se formèrent sous nos pieds et je la vis s\'éloigner de moi... Lui criant tout mes maux qu\'elle n\'avait pu entendre et brisant ce masque en mille part pour qu\'elle puisse voir mes yeux et reconnaitre toute la sincérité de mes propos. Mais elle était trop loin, malgré mes cris et mes larmes gelant au contact de l\'air, le noir me recouvrit de toute part et les ronges s\'attachèrent à moi pour restreindre mes mouvements mais je continuais de pleuré... Jusqu\'à ne devenir que glace à l\'image de ce maudit masque qui me prit mon cœur. Elle ne pu voire l\'envie que j\'avais de continu cette route avec elle jusqu\'à la fin des temps et oublia petit à petit, que seule l\'appel de son cœur pourrait réchauffer le mien.