Accueil Forum -> Art -> Ecriture  >>  Les Apocryphes
53 messages
Accueil Forum -> Art -> Ecriture  >>  Les Apocryphes
53 messages

Les Apocryphes

17 décembre 2017 à 22:39 Akura    
Automne

J'entends dans le lointain
Ce chuchotement symphonique
Doucement les échos résonnent inlassablement
J'ai vu la lumière décroître pour ce gris maussade
Les murmures passés appellent
Seuls les fous ne se sont pas mis à l'abri
L'amertume rissolée au sol
Rejoignant le limon de la mélancolie
La brume s'épaissit autour de moi
Quelle idée j'ai eu de sortir
Mon échine frissonne de froid
Inlassablement le brouillard me transperce
Où est donc se sourire doré ?
La longue nuit approche à ne pas feutrer
La nature s en retourne à la torpeur
Alors même que ses feuilles tombent en larmes
Le monde s éteint sous des nuances de gris
Aucun bruit, nulle chose sous mon regard
Seul mon souffle et mon cœur ; pour rappeler à la vie
L'étreinte de la solitude m'entoure de ses bras
Nul réconfort et nul chaleur
Et lorsque enfin je perçois un son
Que voilà l'Hérault du tonnerre qui s annonce
Je hurle alors à tue-tête , maudissant les cieux
"allez viens! Abats sur moi tes dards d'argent ;
je n en est cure, viens ! Déchaîne ton déluge"
Summum du comble un simple crachin
Je songe au ridicule de ma bravoure
Seul, trempé, est perdu dans le brouillard
Que les dieux emportent ma bêtise
Car en attendant les corbeaux ris de moi



Edité par Akura

Les Apocryphes

12 janvier 2018 à 18:07 Akura    
Rosée

Petite Brume éparse se m'élan au brouillard mélancolique
Par tout où se porte mon regard
Je vois ses nuances de gris
Traverser ici et là par ses silhouettes diffuses
Souvenir ruisselant, d'une rosée fugace
Se condensant sur les herbes folles de mon esprit
Deux choix s'imposent alors à moi
Connaitre la douceur d'une radieuse ascension
Avant de fondre dans la voûte céleste
Et celle de perler le long des veinures
Avant de cristalliser mes attentes
Dans une chute vertigineuse

Les Apocryphes

02 mai 2018 à 12:34 Akura    
Aigle

Le vent claquai à mes oreilles 
La au sommet de se croc enneiger 
En contre bas dans la vallée 
Tout était encore plongée dans les ténèbres
 Pourtant pour moi les échos lointain m'appelle 
Je sens sa douce étreinte matinale qui m enveloppe
Réchauffant mon cœur et mon esprit  
Je glatit cette monté de sentiment 
Inspirant profondément pour chacun de mes muscles
Déployant mes ailes à se vent de fraîcheur
Et tandis que je prend mon envol
Je viens à toi mon aube dorée  tant aimé



Edité par Akura

Les Apocryphes

03 mai 2018 à 23:48 Akura    
Papillon

un souffle léger, dans une brise emplie d'embrun
doucement j'entends le rivage allez et venir comme une caresse
les ailes du papillon s'étire sur ce soleil naissant
nimbant de ses rayons chacune de ses myriades de couleurs
le parfum des fleurs m'envahit, et m'emplit de cette passion
fredonnant dans ma tête cette mélopée odorante
un millier d'ailes de tendresse virevolte à l'horizon de ma peau
auréolant ma vision de ses doux baisers multicolores
l'incarnat dévorant de ses lèvres fertiles d'émotion
m'offrant la panacée de l'affection qui couvera dans mon cœur

Les Apocryphes

03 mai 2018 à 23:49 Akura    
Steam

mon cœur vrombit s’élançant dans une tintamarre métallique
a mesure que les coups s'enchaine inlassablement
que l'écho résonne à en faire vibrer les fondations
que malgré moi s'échappe se torrent de vapeur
je ne peux me réjouir de cette ouvrage en pleine essor
tout mon être s'en retrouve alors développer
Ma machinerie s'emballe en sa présence
et pourtant je peux que admirer les reflets cuivré qui en ressort
C'est ainsi que la machinerie de l'amour
créer en mon sein le moteur de ma vie
alors même qu'il est constituer
de multiple appareillage émotionnelle
articulant l'instrument de mon amour

Les Apocryphes

04 mai 2018 à 00:02 Akura    
(modification d'un texte existant en prophétie dédié au feu)

La genèse des flammes

  • Les Premiers Temps

Je rêve des Premiers Temps, le plus lointain souvenir, je parle des Premiers Temps, le plus ancien Père, je chante les Premiers Temps ,l'éveil des Ténèbres et de la Lumière Salvatrice.
Au commencement, il y avait la flamme.Et la flamme était avec dieu, elle était dieu. Elle l accompagnait à l aube des temps.
C est ainsi que la Lumière naquit.

Et le monde deviens chaud
Et des choses se consumèrent afin de fonder la terre
Et de grandes fumées s'élevèrent,afin de fonder l'air
Et l'eau fût convié,et les choses s'envenimèrent,les ténèbres apparurent.
Infâme et perfide était arrivés.

Chacun de nous, à sa façon, entreprît de vivre et de tirer sa subsistance des cendres amères.

  • L'Aube des temps

Ainsi naquit toute chose, et sans elle rien ne voit le jour.En elle se trouve la vie et cette vie fut la lumière des hommes.

" Autrefois, j'avais froid, et il n'y avait pas de chaleur pour moi. Autrefois, j'avais faim, et il n'y avait pas de nourriture pour moi. Autrefois, j'étais triste, et il n'y avait pas de réconfort pour moi. "
Car c est ainsi que le début des enfants des cendres vécurent.

Il revint et fut bien accueilli. Car nul ne voulait se retourner contre lui, à cause de la marque qui était posée sur lui. Le peuple vit son Pouvoir et le vénéra, il devint puissant, et son pouvoir était fort, Ses manières d'inspirer l'espoir et de commander étaient grandes.

Sachez que, comme dans chaque chose, le Père
Triomphe de son Fils, la Mère de sa Fille :
Seulement par Moi vous viendrez à la Vérité,
Seulement par Moi vous viendrez à la Paix,
Seulement par Moi vous deviendrez Éveillez à vos Pouvoirs.

Ainsi avez parlez L'avatar du créateur
Il guida les Enfants des Cendres
Comme un berger guide son troupeau,
Et le sélectionna lorsqu'ils en ont besoin.
il purifia leur esprit,
Et les préserver de la maladie.

  • Les Fondements

Prodigue ton savoir librement mais emballe-le comme un cadeau précieux.
Sache dépasser l'évidence afin de comprendre le sens profond des choses.
Ramasse tout ce que tu peux lorsque tombent les feuilles du savoir.
Ouvre les yeux de ceux qui ne voient pas et force les muets à se défendre. Tous les êtres vivants doivent assumer leur choix, et tu dois les questionner à ce sujet.
Aide tout ce qui vit à ce développer. Lorsque quelque chose te semble prêt de mourir, détruis-le et renvoie-le au Grand Cycle car tous se que nous détruirons, nous le reconstruirons meilleur.
Aide le soleil à se lever chaque matin, après quoi tu pourras aller te coucher.
Sois en harmonie avec la vie sous toute ces formes car en chaque instant la lumière te guide.
Médite sur la passion. Ne la chasse pas, éprouve-la et tire les leçons de tes expériences, et communique-les aux autres.

Ne croyez pas ceux dont les yeux brillent des fausses lumière
Vers le soleil :
Souvenez-vous toujours, c'est dans la flamme
Que vous trouverez votre Salut.

Ne demeurez jamais dans la faiblesse.
Gardez vos enfants loyaux.
Marchez la tête haute.
Laissez le Feu vous diriger.
Car il est l'étincelle de génie.
La force tempérée de la raison.
Et l'essence de toute création.

  • La Discorde

Silence ! Écoutez les cris des corbeaux !
Le calme du vent
Refroidissant les rue
Les tours cachent
Les ténèbres du jour.

Le temps viens, où
Notre père a tous repartira pendant un temps
Où il ne pourra plus être tolérée
les Enfants des cendres qui le trahiront.
Où le Sang de ses fidèles sera presque éteint.
Et il n'y aura plus que des mensonges sur la réel création du monde.
Pour ces Enfants des cendres qui ont auront trahit leur père.
Car leur sang sera comme de l'eau,
Et la Raison de ce sang se ternira
Car d'autres puissant viendront a naitre de l’impie
Alors vous saurez à ce moment
Que le grand conflit a commencé
L'ère des combats entre les Enfants des Cendres

Le temps,
Où les enfants des cendres prions des puissances Païenne
Où ils Regarderont le monde soit des croyances multiples
Où d'autres dieux prendront le pouvoir

Le temps,
Des désordres , des conflits , de la guerre.
Des maladies, des trahisons ,de la haine.
De l'injustice, de la peur et du sang impur.

  • L'étoile du Sud

Par ces signes, vous saurez
Que le Seigneur Père, Seigneur de Feu
Se réveillera, et brûlera les infidèles
Qui l'auront offensé en l’appelant

Par ces signes, vous saurez
Que le temps est venu de ravivé votre foi
Pour la sauvegarde de la lumière salvatrice,
Pour combattre au côté de vos frères et sœur.

De ces signes, vous devrez savoir,
Que notre Seigneur attend, à la porte même,
Comme un acteur attend en coulisses
Il vient ! Il est proche !

Quand les Prophétie deviennent réalité
Le jour où l'étoile du sud prend la couleur du du soleil
Et le soleil plus fort s'élèvera de nouveau dans le ciel,
Voilà le jour des Bénis,
Quand les Vrai Enfants des Cendres se lèveront de nouveau.

Né de la poussière tu retournera a la poussière.
Mais des cendres encore chaudes,vous renaîtra à l'aube d'une nouvelle ère.
Et vous apparaîtrai alors sous des yeux ébloui comme un être flamboyant.

Le soleil brille d'or !
Le brûle les ténèbres !
Le Seigneur viendra bientôt.
L'étoile du sud brille à nouveau.

  • La rédemption

Ceux que vous choisissez de bénir
Avec la Puissance du Seigneur des Flammes
Pourront venir vivre dans vos Demeures,
Pour vous protéger,et priée notre Seigneur de Feu
Ne laissez personne Étreindre les flammes,
Laissez les prendre de la chaleur en temps voulu :
Laissez leur Force être votre Force,
Une Force qui ne faiblit pas avec les ténèbres.
Laissez leurs Yeux être vos Yeux,
Des Yeux qui peuvent voir dans la nuit.
Laissez leurs oreilles être vos oreilles,
Des Oreilles qui peuvent entendre lorsque vous dormez

Car même un Infidèle,peut retrouvez sa place sous la lumière.
Lorsque viens l'épreuve du feu.Tous peuvent y éprouvé sa Foi
Car le manque de Foi appelle au manque de Foi.
Mais parce qu'il va contre la Voie du Seigneur.
Tout ce qui va contre la Voie du Seigneur court à sa perte

Les Apocryphes

03 novembre 2018 à 17:15 Akura    
Frimas

Morne complainte, lancinant l'atmosphère
L'ancien rivage à présent figer
De ses eaux tumultueuses empli de bonheur
Chantant la vie, frémissant grâce aux esprits
Les jours se sont allongé afin de se perdre
Dans un seul et même instant gorgeait de torpeur
Le gel éternel à embrasser se monde
Serrant et entrelaçant son étau glacial
Je chancelle à chacun de mes pas
Sur ce lac givré, craquant;
se morcelant sous mes pas
Portant le poids de mes espoirs
D'un œil inquiet, mon regard s'abaisse
Un champ disloqué de miroirs brisés
Offrant une multitude de reflets d'outre-tombe
Mon âme est-elle à ce point morceler?
Les eaux noires et froides m'attendent
Point d'ailes salvatrices pour me porter au-delà
Ce flétrissement immuable ronge mon esprit



Edité par Akura

Les Apocryphes

16 février 2019 à 22:50 Akura    
Perdu ?

Mon pas est lent et maussade
Dans ce sombre couloir empli de cri de désespoir
les murs s’étiolent alors que se démembres les apparats passés
Les humeurs distordu suinte et ruisselle sur ses plaies noircis
Couvrant ses façades fatiguées de putride mélancolie
Ma peau de porcelaine est craquelée de veine noire
S’émiettant à chaque prise d’appui,
J’avance ne sachant ou allez, les hurlements entêtant
Se répète sans cesse, disloquant mon cœur
L’apathie de ma raison à succomber à des temps oubliés
Noyer dans mes propres illusions, mes jambes existe-t-elle encore ?
J’avance vers ou ? Mais pourquoi ? Est-ce la morte indicible
Etau inéluctable, d’une fin déjà annoncé
Ciel d’encre, sans soleil ni étoile, au nuance encore plus noire
Cette main brisée, empli d’échardes de mes propres os
Quel pacte infernal à tel donc signé pour que j’en arrive là
Je dois continuer à avancer malgré cette tourbière de souffrance
Suis-je à ce point fou ? J’ai perdu le fils de la raison
Les aberrations de ce monde antérieur ont étiré leurs membres
Tel des fantômes ténébreux des abysses dépeçant mon esprit
Le cliquetis du temps est immuable et gronde de ses heures
Fauchant les vies et les bonheurs, artefact malicieux de la mort
Pourquoi avoir se souvenir de ma propre heure ?
Et se rire blâme qui résonne dans ma tête
Les murs pulsent de cette vibrante symphonie macabre
Des glyphes putrides se dessinent comme autant de blessure
Sur ma chair et mon âme, meurtrissure de mon cœur



Edité par Akura

Les Apocryphes

11 avril 2019 à 19:24 Akura    
Corbeau et Valkyrie

Par-delà les nuages, et les cieux brumeux, sous les étoiles ancestrales
J’entends dans l’écho lointain les bannières claquant au vent sauvages
Virevoltant au-dessus de cette bataille oubliée de tous
Jadis leur cœur de l’affrontement résonna dans chacun des cœurs
A présent ici git que les monticules des vaincus, autant d’armes planté au sol
Tel des portes étendards des défunts, je songe de mes ailes noires
Que moi et mes frères corvidés au festin macabre qui nous attendant
Nous avions attendu que les rayons de lumière éclairent les guerriers
Renforçant leur rage de vaincre et leur volonté de triomphé
Toutefois ce qui m’accapare n’est autre qu’un éclat du ciel
Nimbé de ténèbres et de lumière, s’entremêlant dans une chute libre
Le grondement orageux raisonne à mes oreilles alors qu’il atteint le tertre
Je rabats mes ailes afin de piquer, nourri par la curiosité
Comment aurai-je pu être préparé à ce spectacle
Un corps frêle mais athlétique rompu au combat
L’armure étincelante brisé et disloqué ici et là
Je m’approche doucement de son doux visage
Repoussant une mèche blonde de son visage de mon bec
Affirmant mes pensées sur cette jeune ville au trait affranchi de tous défauts
Je n’es plus le temps de m’attardé sur la chute déchu de celle-ci
Qu’une horde de loup se rapproche et nous encerclent
Dans la vallée retentit mon croassement protecteur
Déchirant les nuages afin d’apporter vitalité et chaleur
Lève-toi à nouveau ma Valkyrie, bat toi encore et toujours
Laisse-moi être tes ailes sombres pour aller au-devant du danger
Laisse-moi être tes serres lorsque vient le temps de l’affronté
Laisse-moi être à tes côtés pour te conseil et veiller sur toi
Ensemble nous retisserons le destin des défaites
Ensemble nous croasserons



Edité par Akura

Les Apocryphes

12 avril 2019 à 07:44 Akura    
Papillon nocturne

Étincelant dans le ciel d'argent
Nimbé d'étoile , dans ce par terre brillant
Des myriades de fleurs irradiante
Laissant dans l'air se doux parfum de tendresse
Tandis que ses lueurs lointaine effleure notre peau
Virevoltant tel des baisers envoler , glissant sur nous
Chaque pensée se cristallise dans une constellation
La vague de la passion m'emporte dans ses iris
L'ambroisie de mon cœur se répand dans l'air
Doux est sucré , un nectar ho combien fruité Afin de nourrir les papillons de nos sens
Une aube nouvelle grandit au seuil de mes émotions
Ouvrant la brèche d'un millier de soleil de compassion
Le ballet de lumière danse à mon esprit
Composant à mes yeux ébloui une musique délétère
La divine symphonie de l'amour



Edité par Akura

Les Apocryphes

17 avril 2019 à 00:14 Akura    
Excursion

D'une nuit silencieuse à la lune  gibbeuse
Ses rayons éclairent ses chemins oubliés
Ma frêle barque glisse sur ses fragments d argent
Émiettant se miroir d argent sans un seul bruit
Tout en suivant le courant d un geste gracile
Se qui a été défait se réforme à nouveau sous son sillage
Ma main ondule sur les roseaux abondant en se lieu
Se courbant docilement sous mes caresses éphémère
Ma frêle esquif voguant sur les flots nocturne
Je ne suis pas seul dans ce pèlerinage
Tous autour et en dessous moi les âmes maritimes
Me guident et m accompagne , 
Mon œuvre prend forme car au travers mon cheminement
Peignant la nuit , plaçant les étoiles au imprudent
Orchestrant les algues  luminescente , Flottant entre ciel noire et mer d'encre
Les alevins flamboyants , filant aux yeux éphémère
Sombre est la nuit dans se crépusculaire océan
Je peint mon odyssée , perdu dans mon labeur
Un spectacle sans fin , tournant sur le socle du monde



Edité par Akura

Les Apocryphes

27 mai 2019 à 14:35 Akura    
La Dame écarlate

Le vent soufflant sur le champ de coquelicots l'air se gavant de son arôme
Cette étrange douceur fugace et voler
Telle une caresse passionnée à peine consommer
Le monde s'embrasse de carmin
Alors que sous mes yeux les gracieuse pétales s'élèvent
Noyant ma vision dans ses folles délicatesses
Une gourmandise des sens, qui foisonnent à mon esprit
En ce lieu plein de mystère, la métamorphose naît
Pétale écarlate et voluptueux, devenant papillon chatoyant
Dansant sous une sérénade romancière
Ce mouvement remplit de sensualité
Convergeant en un point
À la limite de ma vision et de ma raison
Se réincarnant en un avatar flamboyant
Avec pour atours ses pétales et d'ailes écarlates.

Les Apocryphes

25 juin 2019 à 20:49 Akura    
Cocon

Je dépose des fleurs afin de former mon nid
 Entrelaçant les pétales duveteuse
Le parfum suave de l attachement m'entoure
Formant un coton de souvenir parfumée 
Mon iris s écarquilles sur ses couleurs bariolées
Reflet chimérique de ma pensée constellé
Naviguant au gré des monts et des vaux
Saupoudrant mes idées au fils des mondes
Viens le vent silencieux à l'aube de l'automne 
Parsèment les brindilles et les feuilles 
Effilochant les liens tissés des nœuds nuageux
Brodant les jours avenir afin d'en faire mon canevas
Le cocon de mes sentiments se forme
À l'aune de la métamorphose



Edité par Akura

Les Apocryphes

29 juin 2019 à 00:09 Akura    
Contes nocturnes volet 1

La nuit de ses bras sombre t enveloppe
Alors que le sommeil t enlace dans ses méandres
Les rayons d argent lunaire brille sur ta frimousse
Caressant les traits de ton visage magnifier
À l'aune de cette lune bienfaitrice aucune ombre
Seul sur tes lèvres écarlates bourgeonne une fleur
Alors que viens la mélopée de la nuit
Nageant dans l'air , les lucioles s infiltrent dans tes cheveux
Jouant et tâtonnant , prenant soin de toi
Une myriade de lumière enveloppant ta chevelure
Flottant de tendresse et de luminescence
Pulsant et ondulant comme un cœur chaleureux
Cajolant ta tête , l affectionnant de douceur
Que chacune des frôlements de papouilles
Puisse faire naître des constellations de pensée



Edité par Akura

Les Apocryphes

29 juin 2019 à 00:10 Akura    
Contes nocturnes volet 2

Petite fredonnement éparse
Caressant , le long de ton oreille
Chant et murmure susurrant
Se refrain vivifiant , un doux nectar
Nourrissant ton visage de béatitude
Sourire , et yeux rieur , frisson fugace
Une oraison de sens qui foisonne
Une sève vibrante et chaleureuse
Pétillant , frétillant sur les lignes de la vie
Tel les veines , les racines , pulsant de tendresse
Viens le printemps qui fleuri
Les feuillages chantant de ta chevelure
Dansant et virevoltant sous un soleil cajolant



Edité par Akura