Accueil Forum -> Art -> Ecriture  >>  Divers textes :)
24 messages
Accueil Forum -> Art -> Ecriture  >>  Divers textes :)
24 messages

Divers textes :)

20 septembre 2012 à 00:18 kazuya  
Voilà je posterais ici divers textes que j'ai pu écrire !
Certains à caractères philosophique, d'autres plus des nouvelles ou débuts de romans ou d'histoire, bref un gros fourre-tout


Un jour passe, puis deux, puis trois. Les semaines, les mois, les années font de même. Durant ce temps, on grandit, fait des rencontres, découvrons l'amour, faisons l'amour même, donnons la vie comme nos parents l'ont fait pour nous, puis on vieillit, on se calme, laissant cette jeunesse pleine de fougue et de prises de risques derrière nous. On fait des choix, on quitte tout ce qu'on a construit pour reconstruire ailleurs, on oublie les gens qui s'effacent peu à peu de nos mémoires, on pense aux choses qu'on aurait du faire, les choses que l'on peut encore faire. On ne peut arrêter le temps, c'est lui qui nous arrête, et nous fait prendre conscience que l'on est éphémère. Non, nous ne pleurons pas les disparus très longtemps car le temps les effaces. Mais le cœur lui, n'oublie pas. Il endure. Il subit. Il souffre. Il souffre des moments passés, souffre de savoir que pour n'importe qui, la vie peut basculer dans l'oubli. Nous n'avons pas peur de la mort, nous avons juste peur d'être oubliés, de ne pas marquer les mémoires comme ont pu le faire certaines personnes. Alors oui, on juge, on envie, on jalouse, on convoite. Par haine ? Ou plutôt par peur de n'être finalement...rien ?
L'être humain n'est pas complexe, ce sont ses émotions qui le sont. Ce sont ses émotions qui le trahisse, et le rendent aussi fragile qu'une fine couche de glace sur un lac.
Nous avons trop tendances à croire que nous sommes quelque chose d’exceptionnel, alors que c'est ce qu'il y a autour de nous qui l'est. A l'échelle de l'Univers, nous ne sommes qu'un grain de sable dans un immense désert. Alors oui nous avons de la chance d' être là. Mais pour combien de temps encore ? Savez-vous qu'à l'instant même où j'écris ces lignes, mon cœur pourrait s'arrêter de battre, et vous ne pourriez pas lire ces lignes, On ne se pose pas de questions sur ce qui nous entoure, mais ce n'est pas par égoïsme. Ce serait plutôt une question de survie. Nous possédons tous notre propre identité qui nous rend si particulier, nous ne sommes identiques à personne d'autre en ce monde, donc pourquoi vouloir se formater à devenir une personne qui ne nous corresponde pas ?
Être humain, au final, ça veut dire quoi ? S'adapter aux autres ? Souffrir pour des choses qui n'en vaillent pas la peine ? Non. Être humain c'est tout simplement vivre. Vivre pour soi. Vivre pour notre avenir. Vivre pour l'instant.

Divers textes :)

20 septembre 2012 à 17:29 kazuya  
La Vie, est une désillusion journalière.
On se lève, on déjeune, on part à l\'école ou au travail, on mange, on travail encore, on rentre chez soi, on mange, on profite un peu du peu de temps qu\'il nous reste à chaque fin de soirée, puis on va se coucher, on rêve parfois, et on se réveille, on se lève de nouveau, etc...
On dit qu\'il faut profiter de la vie car on est jeune, on a notre avenir devant nous.
Profiter d\'une vie où nos possibilités sont bridés par l\'envie des autres, où on fait notre vie en pensant aux gens qui nous entoure et à la douleur qu\'on pourrait leur faire si l\'envie nous prenait de prendre une direction différente. N\'est-ce pas égoïste par ailleurs ? Notre liberté n\'existe t-elle pas aux yeux des autres citoyens ? Comment vivre sa vie comme on l\'entend si la notion-même de cette liberté est bafouée pour le simple bonheur des uns ? Ne devrions-nous pas nous poser la bonne question et nous demander pourquoi cette Vie qui nous opprime et nous renferme sur nous même chaque jour que Dieu fait en vaudrait-elle la peine ? Pourquoi vivre dans ce monde où seul l\'injustice, la peur et la haine règne ? Certains d\'entre-vous pensent certainement en lisant ces lignes que j\'ai tord, qu\'il existe aussi l\'amour et la compassion, et vous avez peut-être raison, mais l\'amour est éphémère et vous pouvez compter par la personne aimé, et disparaître de sa vie comme un grain de sable dans l’océan infini de l\'Univers. La compassion, elle, est hypocrite. Vous connaissez quelqu\'un qui va mourir, vous seriez profondément triste, mais pour autant vous ne prendriez pour rien au monde sa place si cela était possible. Il faut s\'accepter nous même, en tant qu’être humain tout d\'abord et aussi avec nos défauts. Il n\'y a pas de honte à être égoïste, avare, jaloux, amoureux, ce que pensent les autres n\'ont en aucun droit le moyen de vous priver de votre liberté.
Pourtant énormément de personnes ne peuvent vivre qu\'au regard des autres, car pour beaucoup l\'image qu\'on le reflète dans notre société actuelle est ce qui nous défini.N\'est-ce pas malheureux d\'avoir rejeté tout ce qui faisait le bien du genre humain, en bafouant nos valeurs comme le monde capitaliste le fait depuis plus de cinquante ans ? Aujourd\'hui les seuls valeurs humaines ne se basent que sur l\'argent, les relations sociales et la réussite, tous les autres seront considérés comme des parias, ils ne seront considérés que par les gens uniquement pour leurs échecs car ceci est ce qu\'ils refléteront aux autres. Le monde actuel nous bride et nous occulte, arrêtez de vous laisser manipuler tous les jours par les médias et vos concitoyens, n\'ayez pas peur d\'avoir vos propres opinions, et ne laissez jamais personne décider ce qui est bon pour vous ou pas.
Soyez ce que vous êtes et assumez-le, soyez-en fier même, car c\'est ce qui fera de vous que vous êtes un être humain à part entière. N\'ayez pas peur de suivre votre propre voie, de tout plaquer du jour au lendemain pour réellement vivre votre vie, cette vie dont tout le monde dit qu\'il faut en profiter. Là où ils n\'ont pas tord, c\'est qu\'elle est courte et qu\'on ne saura jamais de quoi demain sera fait, alors vivez et montrez aux autres que votre liberté existe.

Divers textes :)

20 janvier 2013 à 23:35 kazuya  
Ceci est le texte d'un homme. D'un homme qui voit le monde s'effondrer de jour en jour. D'un homme qui voit la misère humaine augmenter jour après jour. J'ai grandis dans l'ignorance. On m'a dit que l'être humain était bon et rempli d'empathie. Tort de croire cela. Tort de croire que le destin d'un être humain est d'aimer son prochain. Son but est de le détruire. De l'anéantir moralement et psychologiquement. Tout n'est qu'illusion dans la vaste blague que l'on appelle « La Vie ».
Un jour j'aime le rouge, le lendemain le bleu. Tel est l'humain : un schizophrène tiraillé entre la vérité et le mensonge, incapable de voir ses faiblesses, incapable de voir ses défauts.
Comment peut-on avoir confiance en quelqu'un qui n'a pas de position fixe, qui est toujours dans l'incertitude omniprésente ? Nous ne pouvons avoir confiance en personne, tel est la dure et triste réalité. Chaque personne n'hésitera pas à trahir quelqu'un de cher à son cœur afin d'appuyer sa position par rapport à un groupe, quitte à se mouler dans une masse identitaire. Cette personne qui dira oui quand il verra que sacrifier une personne pour en avoir plusieurs à ses côtés lui rapportera plus. Cette personne qui dira à une autre qu'elle est comme son frère alors qu'il en est tout autre.
L'humanité et ses bassesses m'ont encore une fois déçu, car c'est son rôle de décevoir dans la vie de tous les jours. Que je les comprends ces gens devenant fou et poignardant à tout va les passants dans les rues ? Comment ne pas devenir dingue en regardant chaque jour que Dieu (s'il existe) fait nous nous enfonçant de plus en plus dans notre propre décadence et voir à quel point une personne serait prête à renier ce qui fait d'elle une unité pour se mouler à un groupe.
J'ai toujours cru en l'homme. Malgré ses défauts. J'ai cru qu'il était capable de faire le bien. Il faut croire que je me suis trompé. Que l'homme n'est destiné qu'a faire le mal autour de lui et détruire ce qu'il aime par pur masochisme. Oh oui l'homme aime souffrir. C'est d'ailleurs le premier à s'en plaindre : « Oh ma vie est si difficile », « Oh tu m'a trompé une dizaine de fois mais je reste assez con pour t'aimer », « Oh j'en ai marre de ce boulot mais ça fait vingt ans que je le dis mais je ne fais rien pour y changer ». Autant d'exemple qui montre que nous sommes pires que des enfants, incapables pour la plus grosse majorité d'entre nous de changer quoique ce soit dans notre vie parce que oui on aime ça souffrir. Le mec en séminaire dont la femme se fait troncher tous les soirs par son collègue aime ça, car il le sait mais n'en fait rien et attend le dernier moment pour réagir. Peut-être que ça nous excite, peut-être sommes-nous tous des enfoirés en puissances. Peut-être sommes-nous pires que ceux que l'ont a critiqués tout au long de l'histoire.
Aujourd'hui c'est la fin. J'ai perdu foi en l'être humain. Perdu foi en quelque chose de divin.
Le monde a gagné. Il a détruit toute trace d’humanité en moi. Merci à vous tous, dorénavant je suis comme vous.

Divers textes :)

10 octobre 2013 à 01:17 kazuya  
Un peu de nouveauté, je vous préviens c'est court, et j'ai essayé de faire jouer l'imagination :)


Un murmure au gré du vent, porté par ton nom. La silhouette nonchalante d'un homme vieux et usé.
La peur au ventre, il marche vers toi, qui lui ouvre tes bras. Il te regarde d'un air horrifié, il sait qu'il va partir pour un long voyage et qu'il n'aime pas l'idée de t'avoir comme compagne. Tu t'avance vers lui tel une vieille connaissance. Tout d'abord écœuré par ton aspect, il te serre dans ses bras en se souvenant de sa vie passée, de ces êtres chers qu'il a perdu, de cette vie de galère où il n'a jamais connu le repos. Tes bras le réchauffe, le réconforte dans cette idée de laisser ces souvenirs loin derrière lui, de laisser sa peine et sa souffrance partir loin, très loin, dans un endroit où elles ne pourront jamais l'atteindre. Éreinté, il te regarde fébrilement,, cherchant dans tes yeux un regard familier. Tu le regarde en souriant, un sourire qui lui fait chaud au cœur, un des rares qu'il a pu voir durant ces dernières années. Derrière toi, le soleil se couche, et l'obscurité arrive doucement.
Il est temps de partir, loin, très loin d'ici, là où le vent vous portera, lui et toi.
Le vieillard pleure en se remémorant sa vie. Les murmures se taisent. Le soleil ne brille plus dans le ciel. Tout est sombre. Tout est froid. La seule chose qu'il reste est un silence de mort.

Divers textes :)

10 octobre 2013 à 07:18 Davimithryl  
Très belle métaphore de la faucheuse ! Ça en serait presque émouvant, j'adore !

En tout cas, tu sais rendre la mort plus douce. Dans un sens, tant mieux !

Enfin, le fait que l'on incarne la faucheuse elle même est osé, mais réussi !

Un grand bravo !

Divers textes :)

10 octobre 2013 à 07:18 Davimithryl  
Très belle métaphore de la faucheuse ! Ça en serait presque émouvant, j'adore !

En tout cas, tu sais rendre la mort plus douce. Dans un sens, tant mieux !

Enfin, le fait que l'on incarne la faucheuse elle même est osé, mais réussi !

Un grand bravo !

Divers textes :)

10 octobre 2013 à 07:19 Davimithryl  
Très belle métaphore de la faucheuse ! Ça en serait presque émouvant, j'adore !

En tout cas, tu sais rendre la mort plus douce. Dans un sens, tant mieux !

Enfin, le fait que l'on incarne la faucheuse elle même est osé, mais réussi !

Un grand bravo !

Divers textes :)

16 octobre 2013 à 00:58 kazuya  
Merci, et un nouveau texte écrit à l'instant

Pourquoi me fais-tu cela ? Pourquoi me frappes-tu de la sorte ? Quel a été ma faute ?
Tes poings me font mal ! Arrêtes ! Quel est ce goût âcre dans ma bouche ? Ma vue se trouble, mes oreilles sifflent. Chaque coup rend la précédente moins douloureuse. Tout est noir...obscur.
Où suis-je ? Il fait si sombre ! Quel est ce bruit ? Tout tremble autour de moi ! Mes mains sont attachées, je ne peux plus bouger ! Tout est toujours aussi noir ! Depuis combien de temps suis-je ici ? Les tremblements s'estompent. J'aperçois un visage dans l'obscurité. Encore toi ! Que fais-tu ? Lâche-moi ! Quels sont ces ombres innombrables derrière toi ? Écoutes moi ! Reviens vers moi, et libère-moi ! Pourquoi prends-tu cela ? Quel est cet objet métallique ? Non ! Ne fais pas ça !

Où suis-je ? Je me sens à l'étroit. Comment fais-tu pour me regarder d'en haut ?
Le sol semble mou. Tu me souris. Je sens du poids atterrir sur mon corps. Je me sens écrasé, j'ai du mal à respirer ! Tu me souris toujours. Tu ris. Est-ce notre amour qui te rend si heureux ? Tout deviens sombre. L'air me manque. J'ai mal à la tête. Ce goût âcre me revient en bouche. Je ne me sens pas bien ? Où es-tu parti ? Tu me manques tant ! Reviens, et aime-moi ! Reviens !
Je t'aime.

Divers textes :)

19 février 2014 à 01:52 kazuya  
Pour autant que je me souviennes, toute ma vie n'a été qu'un enchevêtrement de situations fortuites, où chaque rencontre sur ma route était un événement d'une rare exception. Fuyant le contact humain, je me délectais de ces courts moments où je m'autorisais quelques folies, à me comporter comme le commun des mortels. Oh des fous j'en ai croisé le long de ma longue vie ! Mais leur étrangetés n'étaient pas si singulières qu'elles pouvaient le paraître, et aussi, faisais-je l'effort de les comprendre et de les analyser afin d'en tirer quelques conclusions que j'aurais pu appliquer dans quelques situations. Et pourtant, cela ne m'aidait guère plus dans ma quête de compréhension personnel et des motifs de mes desiderata. Je ne sais plus pourquoi j'ai continué ainsi tout le long de mon existence, peut-être y cherchais-je un but? Ou une réponse à cette grande question qui est le pourquoi de ma présence sur ce funeste monde ? Je me souviens avoir eu un jour cette réponse, dans un regard bleu qui pouvait transpercer les parties les plus sombres de mon âme et les éclairer de mille éclats. Un regard que le commun des mortels envierait, soupçonnant le bienfait que ce regard pouvait apporter sur sa vie. Le regard de l'Amour. Ou plutôt de l'espérance. L'espérance qu'une vie meilleure, d'une vie un peu moins dure puisse nous permettre de nous élever et de nous tenir debout face à la difficulté et nos obsessions. Mais cette espérance s'est montrée vaine pour mettre fin aux méandres de ma folie, et de mes troubles obsessionnels. Car dans ce bleu océan, qui tendait à devenir plus opaque pendant que la vie s'échappait de ce simulacre de bonheur et de clarté, une question me vint à l'esprit : « Pourquoi naît-on, si ce n'est pour mourir ? ».
Quelle finalité peut bien avoir tout ceci ? Nous ne sommes qu'un grain de sable dans l'immensité de l'Univers. Tous nos actes ou nos choix, tout ce que nous tendons à devenir le long de notre vie, quel impact cela aura t-il ? Rien. Le néant. Aussi vide et froid que le couple qui se brise sous le mensonge et la tromperie, aussi pâle que le cadavre de cet homme qui a mit fin à ses jours dans sa folie la plus inespérée. Et tout cela pour quoi ? Pour nous montrer que tout qui a un commencent a forcément une finalité, et cela en prenant compte d'un hasard qui nous plane sur la tête à chaque instant. C'est ainsi que je l'ai rencontrée. Cette femme si particulière en qui les pensées me lacère le cœur avec autant de vigueur qu'un boucher découpe un veau. Dont les yeux ont sût percer les recoins les plus sombres de mon être. Ma douce folie, gisant encore dans les déjections putrides et mortifères de mes plus beaux souvenirs. Je ne vais pas vociférer des termes qui pourraient se montrer totalement négatifs, mais il semble que j'ai su trouver la réponse à ma question, à la raison de cette folie qui m'anime et pousse à vivre, jusqu'à la fin.
« Si l'on nait en ce monde, c'est pour pouvoir aimer ». A jamais.


Fin.


Message édité le 2014-02-19 03:59:14 par kazuya

Divers textes :)

19 février 2014 à 22:17 Nightmare  
Ton point de vue philosophique sur les premiers textes et le dernier est intéressant et plutôt juste. Seulement :

a écrit:
N'est-ce pas malheureux d'avoir rejeté tout ce qui faisait le bien du genre humain, en bafouant nos valeurs comme le monde capitaliste le fait depuis plus de cinquante ans ?


Je pense que nous bafouons nos valeurs depuis que nous existons sur la Terre et c'est notre condition d'êtres humains qui fait cela.



a écrit:
La Vie, est une désillusion journalière.


a écrit:
Ne devrions-nous pas nous poser la bonne question et nous demander pourquoi cette Vie qui nous opprime et nous renferme sur nous même chaque jour que Dieu fait en vaudrait-elle la peine ?


a écrit:
Tout n'est qu'illusion dans la vaste blague que l'on appelle « La Vie »


a écrit:
l'homme n'est destiné qu'a faire le mal autour de lui


a écrit:
« Pourquoi naît-on, si ce n'est pour mourir ? »


Comme tu aimes bien disserter, pourrais tu répondre (ou tenter de répondre) à cette question que je me pose depuis quelques temps :

Pourquoi l'être humain continue-il naître des enfants, en ayant pleinement conscience qu'ils connaîtront des peines, infligeront des peines et mourront un jour ?

Divers textes :)

21 février 2014 à 19:36 kazuya  
Je m'en occupe dès que possible !

Divers textes :)

21 février 2014 à 21:27 Bakum  
A propos du premier (tu devrais donner un titre c plus simple pour en parler):

Je me suis demandé tout le temps ce que tu voulais dire, et si tu avais un message final. Je ne pense pas l'avoir vu si c'est le cas. Tu adopte un ton.., je dirais évocateur , je sais pas si on comprend ce que je veux dire, comme un nostalgique qui exprime un peu tout ce qui lui passe par la tête, comme s'il avait compris qq chose mais qu'il n'arrivait pas à le dire (d'ou le fait que j'ai pas saisi de message clair ^^).
DOnc globalement, c'est pas trop mal écrit, je pense que c'est mieux lu à haute voix avec le ton (genre la fin des épisodes de desperate housewife, avec un ptit montage ça pourrait le faire) malgré tout le contenu reste assez obvious ! SUr quasiment tous les points.

Mais je ne suis pas sûr que ton but ait été de dire des choses nouvelles ou de crier eureka, peut être plus, simplement de vous faire ressentir (plus que réfléchir) et regresser vers les étapes de notre vie.

N'hésites pas à t'expliquer (et à editer tes messages, ne serait ce que pour mettre des numéros si t'as pas de titre).
Je vais lire les autres ^^

Divers textes :)

21 février 2014 à 21:54 Bakum  
2e:

Le ptit texte pour évacuer pendant un coup de déprime ! Ecrit par Blazman !

Sur le fond:

En fait (c'est un peu valable pour le texte d'avant aussi), on ressent bien qu'il y a une rélflexion derrière tout ça. Que tu as des exemples en tête, que tu sais à peu près ou tu vas. Seulement une fois que la reflexion est faite dans ta tête, et probablement poussée, tu suppose que la réflexion est acquise par le lecteur et du coup tu ne refait pas le cheminement.
Par exemple quand tu dis "Profiter d'une vie où nos possibilités sont bridés par l'envie des autres, où on fait notre vie en pensant aux gens qui nous entoure et à la douleur qu'on pourrait leur faire si l'envie nous prenait de prendre une direction différente." (quasiment tous les autres passages sont valables) cela aurait été intéressant de pousser la reflexion. Comment les envies des autres nous brident t'elles? est ce qu'on ne se bride pas tout seul ? Comment blesser les gens en prenant des décisions ? est ce que c'est vraiment tous les gens ou juste tes parents ? ... et ensuite éventuellement dire comment se sortir de la. Au final tu dis "profitez, on ne sais pas de quoi demain sera fait" grosso modo, mais c'est pareil tu pourrais aller plus loin et developper comment faire pour profiter maintenant qu'on a analysé certains points.

POur synthétiser, tu retiens notre attention, tu aborde des sujet tres généraux, autant que possible même à tel point qu'on est tous forcément concernés, donc on lit avec intérêt en attendant tt le temps le moment ou on va avoir une explication, mais elle ne vient pas vraiment, pas comme on l'attendrait en tt cas.

Sur la forme:
Je vois bien que c'est un style volontaire mais les "on" à répétition me gènent un peu. En fait les répétitions doivent être utilisées dans un but précis, pour accentuer un effet pendent un moment seulement. La c'est trop long.

ENsuite tu utilise beaucoup de termes de "généralités" comme "beaucoup de gens", "souvent" "les gens", "on", "certains" et en fait, si ca peut être utilisé dans quelques cas, ici ca donne un impression de propos non fondés. Ce qui n'est pas le cas. Ca donne l'impression que tu fais des généralités sur les gens ce qui ne peut pas être vrai car nous osmmes trop complexes pour être tous mis ds le même panier ^^

Encore une fois, c'est pas mal dans le sens ou on décroche pas, et c'est bien l'essentiel, mais il manque de la finition tant sur le raisonnement que sur la forme.
Ce n'est que mon humble avis, je ne suis pas un professionel du domaine^^


Malgré tout, j'aime bien le thème, enfin une partie du theme vu que tu en aborde plusieurs. ON sent un petit coté révolté chez toi, et les gens du site qui me connaissent te le confirmeront, c'est bien ma came !
A vrai dire, j'écris en ce moment une nouvelle sur le sujet (de la manipulation de masse et du capitalisme). POur l'instant c'est écrit sous la forme d'un essai mais la version finale sera une fiction ^^
J'ose donc me mouiller et je me soumettrai aux critiques directes tout comme toi (ce qui est courageux, c'est loin d'être évident de s'exposer comme ça !)

Divers textes :)

21 février 2014 à 21:57 Bakum  
Je développe pas pour le 3e texte, c'est à peu pres pareil.
Et comme le précédent, je suis très touché par le theme du travail ^^

Divers textes :)

21 février 2014 à 22:10 Bakum  
4e:

Tu as essayé qq chose. C'est bien, il faut essayer, essayer toujours plus, toujours plus loin , toujours plus bizarre, toujours plus nouveau !

BOn ici c'est pas bizarre clairement. Mais c'est vraiment bien. Je ne vois pas les qq erreurs de forme que j'ai cité avant.
A vrai dire, c'est plutôt poétique, dark poétique. Tu devrais tester de le remettre en forme sous la forme d'un poème pour voir. Tes phrases sont suffisemment courtes pour en faire des vers !

J'ai l'impression que tu es fasciné (traumatisé ?) par la mort !
TU as sans doute vécu qq chose de marquant, ou alors un de tes proches t'a transmis ses angoisses ^^

Je vois que tu aimes bien laisser le lecteur réfléchir un minimum (je le fais souvent aussi ^^). Apparemment Davi a compris mais moi certaines choses m'échappent. Le "ecoeuré par ton aspect" chamboule tout. Je ne sias pas bien qui parle de qui ? Et du coup je pars dans des interpretation (du genre "ouais c un hypocrite, elle/il le degoute mais il la prend quand meme ds ses bras" ) enfin bref, comme c'est relativement au début, je ne sais plus quel ton a le texte, et comment interpréter la suite.
DOnc quand davi dit que tu rend la mort plus douce, je n'en suis pas si sûr, j'ai plutôt l'impression que tu craches ton amertume.
Hésites pas à préciser ^^